Chirac rectifie ses propos





Le Quotidien-Agences
Le président Jacques Chirac a demandé au Nouvel Observateur, au New York Times et à l'International Herald Tribune de "rectifier" l'interview qu'il leur avait accordée lundi, revenant sur ses déclarations sur la menace nucléaire de l'Iran, ont rapporté hier les trois journaux.
"Quand Chirac rectifie Chirac", écrit le Nouvel Observateur, tandis que l'International Herald Tribune titre en Une : "Chirac songe, puis revient en arrière", à propos de cet entretien.
"Chirac pas troublé par un Iran nucléaire - puis revient en arrière", titre pour sa part le New York Times.
Selon ces journaux, Chirac a déclaré lundi que ce n'est pas tant le fait que l'Iran possède une bombe nucléaire qui serait "dangereux".
Il ajoute: "Où l'Iran enverrait-il cette bombe? Sur Israël? Elle n'aura pas fait 200 mètres dans l'atmosphère que Téhéran sera rasée".
Mardi, le président a rencontré à nouveau les journalistes et est revenu sur ses propos de la veille.
"Mardi, le président a jugé nécessaire de revenir sur ses propos", explique notamment le Nouvel Observateur. "C'était, disait-il, un raccourci schématique, extrêmement schématique. Plus encore», a-t-il ajouté, c'est une formule que je retire".
En revanche, explique l'hebdomadaire, le chef de l'Etat français a maintenu que "si l'Iran possédait une bombe nucléaire et si elle était lancée, elle serait immédiatement détruite avant de quitter le ciel iranien". "Il y aurait inévitablement des mesures de rétorsion et de coercition. "C'est tout le système de la dissuasion nucléaire", a-t-il dit.
Ce "qui est très dangereux, c'est la prolifération", a souligné Jacques Chirac.
Le Nouvel Observateur affirme également que lors du premier entretien, le président Chirac avait jugé "très tentant pour d'autres pays qui ont de gros moyens financiers" de se préparer au nucléaire militaire, en citant l'Arabie saoudite et l'Egypte. Le lendemain, selon le journal, Jacques Chirac avait précisé qu'il ne voulait pas viser tel ou tel pays.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com