Soldes d’hiver : Les contrôleurs des prix mettent les bouchées doubles…





Durant les deux mois des soldes d’hiver 2007, il y aura des brigades spéciales qui vont veiller à ce que l’authenticité des prix affichés soit respectée.

Tunis-Le Quotidien
Accoutumées aux tactiques employées par certains commerçants malveillants destinées à piéger les consommateurs durant les soldes, les équipes de contrôleurs relevant de la Direction générale de la concurrence et des prix du ministère du commerce et de l’artisanat possèdent aujourd’hui l’expérience qu’il faut pour déjouer les différentes sortes de dérapages. On remarque en fait que les consommateurs, bien qu’ils manifestent un engouement pour les soldes, demeurent sceptiques quant à l’authenticité des rabais annoncés sur les vitrines.
Pour les soldes d’hiver de cette année 2007, qui ont démarré le premier février, les services de contrôle vont devoir veiller beaucoup plus qu’avant sur le bon déroulement des transactions.
D’après les structures chargées du dossier au ministère, l’examen des plaintes des consommateurs et l’étude des infractions enregistrées au cours des dernières éditions des soldes montrent qu’il y a une mutation structurelle quant à la nature des contraventions.
Depuis des années, les dispositifs de répression engagés par les services de contrôle ont permis une meilleure maîtrise de la situation.
On ne peut plus dire qu’il y a des soldes mensongères du fait qu’il s’est constitué un public de consommateurs suffisamment avertis pour que les commerçants s’engagent à respecter les règles des soldes.
Cela n’empêche toutefois que le ministère a renforcé les dispositifs de contrôle pour ancrer une culture de soldes à la fois chez les commerçants et les clients. A partir de cette nouvelle édition des soldes d’hiver, des brigades spéciales ont été mobilisées dans les différents circuits avec pour objectif d’assurer la transparence totale des transactions.

La frénésie du mercredi soir à Monoprix !
Ceux qui n’étaient pas au courant de l’événement auraient peut-être dû attendre jusqu’à minuit pour comprendre pourquoi les magasins d’une chaîne d’un groupe de grande distribution ont été phénoménalement pris d’assaut par la foule depuis les premières heures de l’après-midi du 31 janvier. Par contre tout ce monde qui se bousculait dans les rayons de ce magasin en poussant des chariots vides savait très bien qu’il y a encore des tours à faire avant que l’heure H ne sonne. Le jeu vaut-t-il la chandelle ? Il semble en fait que l’offre promise par cette chaîne de grande distribution à l’occasion du démarrage de la saison des soldes d’hiver a été tellement alléchante qu’on a pu voir des gens de toutes les classes de la société se ruer vers les magasins de la chaîne. Le spectacle était presque le même. Qu’il s’agisse d’un magasin situé dans un quartier huppé des banlieues nord ou dans une zone plutôt modeste ou populaire de Tunis, nos concitoyens ont tous cédé à la tentation des soldes surtout lorsqu’on casse vraiment les prix. Mercredi dernier Monoprix a décidé de rabaisser jusqu’à 80% les prix de tous les articles textiles vendus dans ses différents magasins. La remise qui devait débuter vers minuit pour prendre fin à huit heures du matin a attiré quand même les foules.
Ceux qui se sont dépêchés vers les magasins de la chaîne depuis les heures de l’après-midi ont dû attendre plusieurs heures avant que minuit sonne, mais ils étaient peut-être les mieux récompensés. Tout ce qu’ils avaient à faire en fait c’est de remplir les chariots d’articles soldés et attendre que minuit sonne pour aller payer à la caisse. A minuit pile, les rayons du textile ont été vidés.
Il s’agit, sans doute, d’une «fièvre acheteuse» qui s’empare des gens au cours des événements commerciaux exceptionnels. C’est un phénomène qui n’est pas propre aux Tunisiens. Mais si le degré de la frénésie tend à être un peu trop exagéré chez nous c’est par ce qu’on n’est pas habitué à des promotions commerciales qui cassent vraiment les prix…

H.G




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com