Les jeunes et l’opportunisme : Unanimement pour !





Nombre de personnes dont les jeunes ont une grande présence d’esprit.
Ils savent saisir les ccasions au vol pour obtenir de nouveaux avantages. Toutefois, cet opportunisme peut être poussé à son extrême et l’on n’hésite pas à transgresser la morale et les règles pour parvenir à ses fins. Les jeunes sont-ils justement opportunistes? Et jusqu’où peuvent-ils aller pour réaliser leurs objectifs?

Tunis-Le Quotidien
«Salut maman, tu sais que tu as le plus beau sourire sur terre. Je suis heureux de te voir rayonnante. D’ailleurs, tous mes amis croient que tu es ma grande sœur. En fait, est-ce que tu aurais une petite centaine de dinars pour ton fils chéri ? » Ce genre d’interpellation est courant chez les baratineurs. Pour eux, tous les moyens sont bons pour parvenir à leurs fins même si cela implique qu’ils déguisent leur nature et leurs sentiments véritables. Ils ne laissent paraître que le visage qui sert leurs intérêts. Les sentiments contrefaits sont leur première arme pour saisir les occasions qui se présentent et pour se maximiser les chances. Rien de méchant si la personne choisit de servir ses intérêts sans nuire aux autres et sans enfreindre les règles et les principes. Certains jeunes pensent d’ailleurs que celui qui sait saisir les occasions au vol doit jouir d’une grande intelligence et d’un esprit alerte. Toutefois, cette tendance opportuniste est parfois poussée à son extrême. Nombre de jeunes biffent les principes de base, les croyances et la morale pour atteindre leurs buts. Une attitude qui consiste à profiter de toutes les occasions pour se procurer le maximum d’avantages même si le prix s’avère être celui de violer et de contrevenir à l’éthique. Intentionnellement, ces jeunes saisissent les opportunités et les circonstances favorables pour tirer profit de chaque occasion qui se présente tout en écartant les obstacles qui peuvent aller à l’encontre de leurs fins.
Mohamed, étudiant, 20 ans, dit qu’il est prêt à tout pour que la roue de la chance tourne en sa faveur. « Chaque chance est tributaire de circonstances spécifiques et celui qui veut réaliser ses rêves doit garder l’esprit alerte et saisir toutes les occasions qui se présentent. Et puis je crois que celui qui reste très à cheval sur les principes a de faibles chances de parvenir à ses objectifs. Qui ne tente rien, n’a rien dit-on. Je crois à ce proverbe et je suis persuadé que si je ne saute pas sur les occasions qui se présentent je risque de laisser passer ma chance. Si une circonstance bien déterminée s’offre à moi, je dois très vite faire mon calcul de rentabilité et avoir une idée sur le profit que je peux en tirer. Si je suis presque sûr que je vais gagner en fin du parcours, je fonce. Tous les moyens sont bons pour que je réalise mes objectifs et je n’hésiterai pas une seconde à dissimuler mes vraies intentions et à jouer aux hypocrites pour parvenir à mon but. Je ne pense pas que le fait de faire semblant d’apprécier quelqu’un va me coûter grand-chose même si je ne l’apprécie pas du tout puisque je suis sûr qu’en fin de compte, je vais pouvoir arriver à mon but avec son aide. Une fois, mon objectif atteint, je deviens le maître de la situation et je peux dès lors dévoiler ma vraie face», dit-il.
Hatem, 24 ans, dit qu’il est également prêt à toutes les concessions possibles pourvu qu’il parvienne à ses fins. « Je pense que ceux qui s’entêtent à garder une seule position et qui ne changent pas d’avis pour une soi-disant question de principe, ne sauront jamais atteindre le sommet. Un minimum d’intelligence et de savoir-faire nécessitent que l’on s’adapte à toutes les situations pourvu que cela serve leurs intérêts. Je suis prêt à faire semblant d’adopter les mêmes idées et les mêmes tendances que quelqu’un si mon sort est entre ses mains. Le contraire serait une preuve que je suis vraiment imbécile. Qu’est-ce que j’aurais à gagner si je m’obstine à tenir à mes principes, si ces derniers ne me servent à rien ! La vie ressemble à une série d’occasions et celui qui veut aller de l’avant et qui ne veut pas stagner, doit les saisir toutes sans hésiter sinon il risque d’être dépassé par les événements. Si tout l’enjeu se résume à une petite partie d’hypocrisie, je ne vois pas de mal puisque en fin de compte cela peut me rapporter gros », dit-il.
Sofiène, étudiant, 20 ans, dit qu’il faut absolument saisir toutes les occasions qui se présentent. Le sentimentalisme, la morale et le romantisme mal dosés ne peuvent que fragiliser la personne et la bloquer. «Pour pouvoir avancer dans la vie, il faut être prédisposé à s’emparer des opportunités. Si je reçois une offre pour avoir un job bien rémunéré ou si je dois commettre un dépassement pour avoir un bon paquet d’argent, je n’hésiterai pas une seule seconde à le faire. Même si cela implique que j’arrête d’étudier ou que je parte à l’aventure. Si une femme riche me propose de l’épouser, je serai partant du moment que je pourrai tirer profit de la situation. Ensuite, j’aurai la possibilité de refaire ma vie comme je l’entends », dit-il.
Arbi, 17 ans, partage le même avis. Le jeune homme est prêt à toutes les concessions pour réaliser ses rêves. « Je crois que la fin justifie les moyens. Ce n’est pas tous les jours que la chance peut nous sourire et quelqu’un d’opportuniste doit saisir l’occasion sans la moindre hésitation. Pour tout bonheur, il y’a un prix à payer. Il y a ceux qui choisissent les difficultés et qui sont très à cheval sur les principes, je respecte leur manière de procéder. Moi, en revanche, je trouve un peu bête de laisser passer des occasions juste parce que cela implique de la ruse ou une comédie. Pourquoi refuser une opportunité si je peux atteindre mon but dans un temps beaucoup plus réduit et sans me fatiguer. Et puis j’aimerai profiter à fond la caisse de mon jeune âge. A quoi bon les réussites et la richesse si je suis vieux et que ma santé est dans un état précaire », dit-il.
Mohamed Afli, 16 ans, raisonne de la même manière. Le jeune homme pense qu’un minimum de jugeote implique que l’on saute sur les occasions. « Je ne réfléchirai pas deux fois pour saisir une occasion qui se présente à moi et qui permette que je j’évolue. La chance, la vraie, ne se présente qu’une seule fois dans la vie. Si je vais dire que cela est contradictoire avec mes principes et que je laisse cette chance passer, je vais devoir avancer à pas de tortue et supporter les difficultés de la vie. Il faut avoir le sens de l’aventure et laisser de côté les principes trop rigides pour pouvoir réaliser mes rêves dans les plus brefs délais », dit-il.
Mohamed Ali, 18 ans, semble avoir le sens de la frugalité. Le jeune homme dit qu’il se contente de ce qu’il a en attendant le mieux. « Mon sens de l’opportunisme reste bien dosé. Ce n’est pas que je sois très à cheval sur les principes, mais je pense qu’à force de vouloir tout avoir, on risque de tout perdre. Pour le moment, j’étudie et je côtoie les personnes que j’apprécie parce que je pense que certaines occasions ne valent pas la peine de faire des concessions. Je suis incapable de jouer aux hypocrites avec quelqu’un juste pour une petite virée en voiture ou parce qu’il a les moyens de payer une petite sortie… En revanche, je peux profiter de l’occasion si j’apprécie la personne. Je suis également prêt à jouer aux hypocrite si j’ai beaucoup à gagner en contrepartie. Là au moins je ne sentirai pas que j’ai fait des concessions pour rien », dit-il.

Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com