Soyons sincères !





La formation professionnelle sera en débat mardi prochain à la faveur de la session récapitulative de la Consultation nationale sur le sujet.
Sous le haut patronage du Chef de l’Etat, elle sera inaugurée par le Premier ministre et enregistrera la participation de plusieurs ministres. Cela signifie clairement que la Tunisie prend la réforme de la formation professionnelle très au sérieux et qu’elle fait le pari de la moderniser et de la rendre vraiment opérationnelle.
Pourtant, il nous semble que nous devons tous aller encore plus loin dans la logique de réforme si nous souhaitons l’émergence d’une formation professionnelle réellement nouvelle. A notre sens, notre attitude devra être la plus radicale possible et ne pas s’arrêter à une simple réforme mais couper résolument avec ce que nous disposons aujourd’hui et jeter les bases d’un modèle complètement inédit qui donne une identité et une «noblesse» à ce domaine dont la réputation est aujourd’hui des plus néfastes.
Les jeunes gens d’aujourd’hui ont besoin que la formation professionnelle leur renvoie une image valorisante, moderne et… «in». Et il nous faut donc être sincères: tout cela n’est pas possible sans que l’on y mette tous les moyens, non seulement pour les programmes, les outils, les infrastructures… mais aussi le marketing le plus agressif, car nous avons à convaincre un auditoire difficile: les jeunes.

Manoubi AKROUT

manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com