M. Sadok Korbi : «L’entreprise tunisienne est primordiale pour le système de la formation professionnelle»





Au cours d’une conférence de presse organisée hier au siège de l’Agence Tunisienne de la Communication Extérieure (ATCE), M. Sadok Korbi, ministre de l’Education et de la Formation a mis l’accent sur les différentes mesures présidentielles décidées récemment afin de développer davantage ce secteur.

Tunis - Le Quotidien
M. Sadok Korbi a rappelé, au début de cette conférence, l’intérêt particulier accordé par le Président de la République au secteur de la formation professionnelle qui demeure un secteur stratégique et très important pour le développement de l’économie nationale.
Le ministre a précisé que cet intérêt particulier est traduit par les différentes mesures décidées au profit de ce secteur à maintes reprises, dont la dernière a été à l’occasion du dernier conseil ministériel restreint.
Ce dernier a donné lieu à certaines nouvelles mesures, entre autres, l’amélioration de la qualité de la formation professionnelle et la diversification de ses spécialités, pour répondre au mieux aux différents besoins du marché de l’emploi.
Les nouvelles mesures englobent, également, l’assouplissement des procédures d’intégration et d’inscription dans les différents centres de formation afin d’inciter les jeunes à s’y inscrire.
Par ailleurs, ces mesures touchent à la restructuration de certains centres de formation professionnelle, en particulier dans les secteurs du bâtiment (5 centres), et la soudure (3 centres), ainsi que la formation de formateurs et d’encadreurs dans les spécialités nouvelles.
Les nouvelles mesures ont apporté, en outre, de nouvelles incitations pour le secteur privé, entre autres la mise en place d’une subvention au profit de l’encadreur à l’intérieur de l’entreprise. Cette nouvelle mesure incitera le secteur privé à jouer un rôle important dans le domaine de la formation professionnelle.
Dans ce contexte général, M. Sadok Korbi a précisé que le système de la formation professionnelle est appelé à contribuer davantage aux efforts de développement du taux de croissance de l’économie nationale, pour atteindre 6% dans les prochaines années, et de la réduction du taux de chômage à un niveau national.
Le ministre a cité, dans ce contexte, des exemples des expériences de certains pays européens à l’instar de l’Autriche, des Pays-Bas et d’Allemagne, qui ont adopté une stratégie se basant sur la formation professionnelle pour réduire leurs taux de chômage.
M.Korbi a, également, souligné que le système de la formation professionnelle est appelé à jouer un rôle plus important dans les préparatifs de l’économie nationale à l’échéance de 2008.
M. Sadok Korbi a noté que les différentes mesures et réformes décidées au cours de ces dernières années ont permis au secteur de la formation professionnelle de réaliser une évolution remarquable aussi bien au niveau du nombre des centres de formation qu’au niveau du nombre des diplômés.
Ainsi, le nombre des centres de formation est passé de 222 centres en 2001 à 343 centres en 2006, sachant que 34 nouveaux centres ont été créés au cours de cette année qui a connu également la restructuration de 48 centres.
Le nombre des diplômés est passé pour sa part, de 24 500 en 2001 à 27500 en 2005 et à près de 31000 jeunes en 2006.
M. Sadok Korbi a ajouté que cette évolution du secteur de la formation professionnelle devrait s’accroître davantage durant les prochaines années, notamment au niveau de la qualité de la formation, le ministre a rappelé dans ce cadre la décision de créer le baccalauréat de la formation professionnelle, qui va permettre de multiplier davantage le nombre des diplômés de ce secteur.

Un secteur privé important pour la formation
S’agissant des questions du Quotidien concernant la participation des entreprises tunisiennes dans l’effort de formation, et l’apport de la formation professionnelle privée, M. Korbi a expliqué que la place de l’entreprise dans le système de formation professionnelle est primordiale.
Et d’ajouter que les fédérations professionnelles jouent aujourd’hui un rôle de plus en plus important que ce soit au niveau de la préparation des programmes de formation, ou également au niveau de l’évaluation des diplômés de la formation professionnelle.
Le ministre a, par ailleurs, signalé qu’aujourd’hui certains chefs d’entreprises n’hésitent pas à parrainer la formation professionnelle compte tenu de ses avantages et ses apports au niveau de la productivité de leurs entreprises.
Il a, en outre, affirmé que les différentes mesures apportant une certaine assistance matérielle au secteur privé devraient développer sa contribution dans la formation professionnelle.
Au niveau de l’apport de la formation professionnelle privée, M. Sadok Korbi a précisé que ce secteur présente un fort potentiel de développement (près de 1200 places de formation) qu’il faut en tirer profit durant les prochaines années à travers la diversification des spécialités de la formation.

Mohamed ZGHAL




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com