Soirée de la création musicale : Les notes d’une bonne moisson





C’est avec un patchwork musical surpiqué par des prix et des consécrations que l’ASCM a couronné au CCVT l’année 2006 et annoncé ses futures éditions. De petites merveilles pour 2007.

Samedi dernier au soir, il n’y avait pas l’ombre d’une place où garer une seule voiture ni au parking du Centre Culturel de la Ville de Tunis (CCVT) ni tout autour.
A l’intérieur de ce grand bâtiment (l’ancien bâtiment du RCD du Boulevard 9 Avril) doté d’un théâtre de 450 places, il y avait du monde. L’espace était plein à ses deux tiers au moins.
Sur scène à notre gauche, on a placé un écran géant qui, tout au long de la soirée, passait en revue et sur un fond musical les éditions de l’Association des Soutiens -et pas supporters comme on avait l’habitude de l’écrire et le prononcer- à la création musicale (ASCM) qui n’a pas encore fêté ses 30 mois mais qui fait depuis sa création du bruit dans la cité et au-delà de ses murs et murailles.
“Je ne peux qu’être heureux de voir au fil des mois le nombre croissant des supporters de la musique…”, a notamment dit le président de l’ASCM, Lotfi M’raïhi au début de la “Soirée de la création musicale” et qui ne peut que s’enorgueillir du résultat, lui et ses potes volontaires de l’Association .
Tout au début, l'Association a pensé à un festival a capella. puis à un second, celui de l’instrument. Et le troisième de musique spirituelle a tout naturellement suivi, pendant Ramadan. Et ce n’est pas tout. Car en parallèle de cette série de mini-festivals, on a créé des espaces pour les jeunes, qui ont bonnement tiré profil des masters-classes animés par des professionnels d’ici et d’ailleurs.
Avec cette connotation internationale, ces festivals de grande facture sont en train de se doter d’une bonne presse de par le monde et leur éventail d’ouvrir ses plis petit à petit. L’année 2007 va être encore plus rythmée que les précédentes avec notamment des Camps d’enseignement de la bonne musique.
Et puisque l’ASCM s’est juré de promouvoir les jeunes et de les parrainer, malgré le manque de soutien financier, elle a créé son site web qui est le www.ascm.tn.com, pour dialoguer avec les talents en herbe et les tenir par la main dans leur sentier de création. Lors de cette soirée ponctuée par des moments agréables avec Walid Gharbi et son “rebab” qu’il a lui-même fabriqué et son violon jubilatoire, avec Saber Ahmed dans des extraits de tarab oriental, avec Mounir Mehdi dans ses “Yalil” et son qacid Ajebni, voix aiguë, forte, ample, douce et aérée à la fois, avec les Frères M’raïhi qui étaient accompagnés de Sofiène Zaïdi (un nom à bien retenir) qui possède une voix, lui aussi, de tonnerre, et les autres on est passé à la distribution des prix.
Oui, des prix pour les meilleures créations de l’année. Mais des prix sans jury. Car l’Association, a dû donner la parole aux gens et aux professionnels et l’enquête menée a gratifié les plus méritant.
Il s’agit notamment, pour la composition, de Zied Gharsa, Sahbi Chaïr pour les paroles, Anis Klibi qui vient de remporter un autre prix la veille à Sfax et qui a été primé pour sa qualité d’interprétation instrumentale, ici le violon. Pour la critique musicale, c’est Abdelmajid Sahli qui l’a remporté haut la main. Pour l’événement musical, c’est Sonia M’barek qu’a été choisie pour le festival de Musique tunisienne. “La 18ème session de ce festival qui va se tenir en mars va être importante. C’est une aventure pour changer radicalement le paysage de la musique chez nous”, a précisé la directrice de ce festival depuis deux ans.
Les membres de l’Association qui, bénévolement, font un travail de titans, ont regretté de ne pas voir avec eux ce soir-là leur collègue Mahfoudh qui, lors de l’orchestration de la fête, a été victime d’un petit accident (tombé de l’échelle). Ils lui ont souhaité prompt rétablissement et la soirée de s’achever sur de bonnes notes avec Sami Rezgui et une gerbe de notre folklore haute en couleur.

Zohra ABID




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com