C.A. – U.S.M. (3 – 0) : Punch et verve retrouvés





Il est désormais incontestablement prouvé que les Clubistes se retrouvent dans les grands moments de la compétition nationale, lors des chocs à challenge. Celui de dimanche dernier était des plus galvanisants, s’agissant d’une confrontation à enjeu, puisque les deux équipes briguaient le titre symbolique de champion d’automne.

Ce qui explique la motivation et la détermination des deux teams en présence à trancher une question de suprématie. Aussi, malgré une pelouse rendue assez lourde suite aux pluies qui se sont abattues la veille et durant la matinée du dimanche, Clubistes et Monastiriens sont-ils parvenus à fournir une prestation intéressante, avec un volume de jeu des plus appréciables.
Les Tunisois plus que leurs hôtes sahéliens ont fait preuve d’une volonté farouche de réussir leur entreprise, si on exceptait les vingt minutes initiales au cours desquelles certains joueurs clubistes nous ont parus inhibés par l’enjeu.

La bataille du milieu
Paradoxalement, c’est Chokri Zaâlani, le premier avec son tir foudroyant dévié inextremis par Nefzi (21’), et Walid Hichri par la suite, qui allaient donner le ton en dominant leurs vis-à-vis à l’entrejeu et gagnant pratiquement tous les duels. Ces deux hommes, épaulés par Oussama Sellami pour la relance instantanée, ont constitué la clé de cette mainmise imposée par les «Rouge et Blanc», lesquels allaient acculer leur adversaire du jour dans ses derniers retranchements et l’obliger à commettre des fautes dont profitaient les hommes de pointe pour porter le danger dans la zone du gardien Adel Nefzi, sans cesse sollicité.
Aussi, Sellami, Gharzoul et Bouguerra étaient-ils à deux doigts de concrétiser l’ascendant des leurs,ratant à chaque fois d’un cheveu la cage des visiteurs, pas du tout dans leur élément et incapables de poser leur jeu comme à l’accoutumée, encore moins imposer leur rythme. Il faut dire que Tarek Salem, Ai Ben Abdelkader et Frej Bnouni ne sont jamais parvenus à s’adapter à cette pelouse qui les a empêchés de confectionner leur jeu. Alors que leurs partenaires de l’attaque, Adriano et Haj Ali, étaient acculés le plus souvent de revenir au niveau de la ligne médiane pour chercher une balle qui ne leur parvenait que rarement.

La métamorphose
Certes, les Clubistes n’ont pu traduire leur domination que grâce aux balles arrêtées, un coup franc amenant le penalty transformé par Sellami (36’), mais ils auraient dû trouver la faille beaucoup plus tôt.
Ce n’est qu’après la pause et bien que menant déjà au score, que les Clubistes vont s’installer carrément dans la moitié du terrain des Monastiriens. Adossés à un Ali Boumnijel, vigilant, et un Jean-Pierre N’janka, toujours aussi sûr dans ses interventions en annihilant toutes les velléités de l’adversaire, leurs partenaires ne pouvaient que se transcender, sinon se déchaîner littéralement.
C’est essentiellement Foued Bouguerra qui allait retrouver, notamment en seconde période, toute sa verve et son punch, traduits tout d’abord par une première alerte, lorsqu’il a évité la sortie de Nefzi à l’orée des seize mètres mais fut pris de vitesse par la balle glissante, ensuite par son opportunisme et son flair de buteur lui permettant de profiter de la fébrilité de Moëz Aleya, dans un premier temps, puis d’une erreur de marquage afin de transformer en but le centre parfait de Khaled Souissi.
En somme, disons que le CA n’a pas du tout usurpé son succès. Il faudrait d’ailleurs compter, sérieusement, avec la bande de Bertrand Marchand pour la suite de la compétition.
Quant aux Monastiriens, il ne faut surtout pas les condamner, tout au contraire, ils ont bien démontré de belles prédispositions qui leur permettent d’entrevoir l’avenir en toute sérénité. Ils auront d’ailleurs d’autres occasions afin de confirmer leurs progrès...
Formations
CA: Boumnijel, Souissi, Gharzoul, N’janka, Amri, Hichri (Loussaïef), Zaâlani, Sellami, Poukong, Bouguerra (Akaïchi), Dhaouadi (Hamrouni).
USM: Nefzi, Mzali, Aleya, Nevez, Ayari, Bnouni, Achour, Ben Abdelkader (Mosrati), Salem, Adriano, Haj Ali (Bakary).

Mansour AMARA

________________

Flashes…Balles

Huit
Le CA a été sacré champion d’automne (en plein hiver!). C’est la huitième fois que le club de Bab Jédid enlève ce titre honorifique. Et paradoxe du sort, il a signé dimanche sa... 8ème victoire en 13 rencontres jouées.
Première
Le CA a attendu la 13ème et ultime journée de la phase aller pour bénéficier d’un penalty. C’était dimanche face à l’USM et Sellami l’a transformé magistralement.

Bilan
Le CA a obtenu huit victoires, a été tenu en échec quatre fois et a été battu à une seule reprise. Son attaque a réalisé 19 buts (2ème avec l’ESS derrière le CSS avec 21 buts), alors que sa défense a concédé 8 buts (2ème avec l’ESS également derrière l’EST avec 7 buts subis).

Buteur
Grâce au doublé réalisé face à l’USM, Foued Bouguerra est le meilleur buteur clubiste avec 4 réalisations. Les deux autres buts, Bouguerra les a marqués face au CSS (4ème J).

K.T.D.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com