A.S.M. : Les fruits de la patience





Les Marsois pourront passer les fêtes combinées du sacrifice et de fin d’année bien au chaud, dans leur nid douillet du Saf-Saf. C’est que l’opération sauvetage, amorcée depuis quelques journées, a connu un exorde éclatant.

A consulter le bilan chiffré des Auriverde, on remarque que pour le compte des quatre première journées, les Banlieusards du nord ont été défaits trois fois, respectivement face à l’EOGK (0-1), au CSS (0-3) et à l’ESHS (0-1). Il est vrai que les deux premières défaites ont été dures à digérer vu que les Marsois étaient contraints de «recevoir» à El Menzah et au Zouiten, le Chtioui ayant été fermé pour travaux. Il a fallu attendre la cinquième journée et le retour sur leur pelouse fétiche pour qu’ils signent enfin leur premier succès face à l’ESZ (2-0).
Et puis, pour surtout des raisons inhérentes
au bulletin de santé des joueurs, les Marsois connurent une longue traversée du désert, qui s’est étalée sur cinq journées avec, à la clé, trois défaites, face au ST (1-2), à l’extérieur, et deux à
domicile contre l’USM (0-1) et l’EST (0-2), contre deux nuls, à La Marsa face au CA (0-0) et à Gafsa (2-2).

Confiance et solidarité
A titre récapitulatif donc, les Aveniristes n’ont moissonné qu’un seul succès en dix journées. Mais le mérite de l’équipe dirigeante, menée avec beaucoup de circonspection par le duo Mami-Mellouli, n’a pas ployé. Et c’est dans la pure tradition marsoise de ne pas user d’expédients et de palliatifs à l’emporte-pièce à la moindre crisette. Et même la poignée de supporters qui ont, à un certain moment, manifesté leur grogne à l’égard notamment de Habib Mejri, ont fini par faire preuve de bon sens, de retenue et de sagacité, en cristallisant la patience et la longanimité.

Le déclic sahélien
Cette patience, sur fond de labeur ininterrompu et de confiance mutuelle, a fini par porter ses fruits à Sousse. Et face à l’ESS, fraîchement auréolée de son titre africain, les Marsois ont allié résultat et manière. Et leur probante parité (1-1) fut réellement le déclic, générateur de confiance retrouvée, et qui a entraîné dans son sillage deux précieuses victoires face à des concurrents directs (CAB et OB). Toute une leçon à retenir sous d’autres cieux, beaucoup plus prompts aux remaniements fallacieux. Après le ventre mou du classement (9ème avec 13 points), pourquoi pas une aspiration vers des cimes plus élevées ?

Wahid SMAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com