Selon les conclusions de la consultation de la jeunesse en 2005 : Les jeunes pensent à l’emploi, à leur identité, mais beaucoup moins au mariage!





La consultation de la jeunesse relative à l’année 2005 a révélé les véritables soucis, espoirs, ambitions et pensées des jeunes Tunisiens. Les résultats de cette consultation ont même réservé quelques… surprises.

Tunis-Le Quotidien
Rappelons qu’il s'agissait de la troisième consultation après celles effectuées en 1996 puis en 2000. Cette fois-ci, le sondage par questionnaire a concerné un échantillon représentatif de 10 mille jeunes, garçons et filles (ou femmes), âgés de 15 à 29 ans. Le sondage s’est effectué avec la collaboration de l’Institut National des Statistiques au cours de la période allant du 21 mars au 12 avril 2005. L’échantillon, fixé par l’INS, est représentatif de toutes les catégories de jeunes en termes de genre, de tranche d’âge et de domaine d’activité (élève-étudiant-actif-inactif-femme-jeune fille au foyer).
Le sondage a été effectué dans 400 circonscriptions de recensement réparties entre tous les gouvernorats du pays, avec leurs villes, villages ou zones rurales. Ils étaient 10 mille à participer à ce sondage (5010 garçons et 4990 filles ou jeunes femmes).
Nous reproduisons ci-après les conclusions les plus intéressantes de ce sondage.

• La prise en charge des parents pendant leur vieillesse
98,7% des jeunes pensent qu’elle doit être assurée par les enfants alors que 1,1% penchent pour l’Etat et 1,2% pour les structures privées.

• Les jeunes pensent-ils au mariage?
50% y pensent alors que les 50% restants n’y songent pas, la plupart pour des raisons matérielles. Ces chiffres ont de quoi étonner lorsqu’on constate que lors de la consultation effectuée en 2000, 96,9% des jeunes ont déclaré penser sérieusement au mariage!

• Vision de l’avenir
59% des sondés se déclarent optimistes, 36,4% sont peu optimistes alors que 4,6% s’enfoncent dans le pessimisme.

• Lieux des pratiques des loisirs
Le café vient en pôle position (31%), suivi par la bibliothèque (13,6%), le parcours de santé(11%), le club (10,7%), l’établissement scolaire (10,4%), la Maison des jeunes (8,6%), la Maison de culture (6,2%). Par contre, les associations et les organisations attirent de moins en moins les jeunes (4,7% et 1,2%).

• Appartenance régionale
Les jeunes pensent appartenir en premier lieu au Monde musulman (42,7%). Viennent ensuite le Maghreb Arabe (24,2%), le Monde arabe (22,6%), le Monde en général (4,9%), la Méditerranée (4%) et l’Afrique (1,5%). Lors de la consultation de 2000, ils n’étaient que 30,8% à opter pour le Monde musulman.

• Coutumes et traditions
47,3% tiennent à les préserver, 49,5% estiment qu’elles sont à revoir et 2,9% désirent… s’en débarrasser.

• Facteurs influant sur la santé et l’équilibre de la société
L’alcool vient en première position (90,9%), suivi du tabagisme (89,7%), la colle forte et les drogues (69,4%) et les maladies sexuellement transmissibles (67,1%).

• Les causes du chômage
Le manque d'offres inquiète la majorité (75,9%), en plus du manque de capital pour créer des projets (32,4%), le niveau de formation insuffisant (30,1%) et l’insuffisance de l’information et de l’orientation (12,8%).

• L’emploi préféré des jeunes
La fonction publique intéresse encore les jeunes (45,5%), alors que le secteur privé ne les attire pas (8,5%). L’installation pour leur propre compte reste l’option préférée (46%).

• Les moyens appropriés d’obtenir un emploi
51,3% des jeunes considèrent que le diplôme est indispensable alors que 34,2% déclarent composer avec les relations personnelles. Seuls 2,3% comptent sur les bureaux d’emploi.
Voici, en outre, quelques chiffres édifiants à propos d’autres sujets non moins intéressants:
- L’âge moyen de se marier se situe entre 26 et 27 ans.
- Aussi étonnant soit-il, 81,5% des jeunes déclarent éprouver des difficultés pour la pratique d’activités sportives, faute de temps ou d’espaces publics aménagés.
- La langue arabe occupe une place de choix chez les jeunes comme langage parlé pour exprimer les besoins (89,2%), les sentiments (68,8%) ou la conversation courante (61,1%).
- Malgré tout ce qu’on entend dans la rue, la consultation a montré que la majorité écrasante des jeunes (99,3%) rejette massivement la violence verbale.
- Les cours particuliers sont considérés comme efficaces (66,9%), acceptables (71,9%), coûteux (79,4%) et harassants (47,6%).
- 51,2% des jeunes n’éprouvent aucune objection à se faire soigner par les moyens traditionnels.
- 69,6% des jeunes refusent la formule de contrats de travail de courte durée.
- Côté audio-visuel, 37,9% des jeunes regardent fréquemment la télévision contre 22,9% pour la radio. Ils ont une préférence pour les émissions arabes à caractère artistique et culturel (16,9%) et de divertissement (22,7%).
- Seulement 9,1% déclarent lire régulièrement les journaux contre 68,5% qui lisent parfois et… 22,4% qui ne les approchent jamais.
- 59,3 % des jeunes disposent d’un téléphone portable et 13,7% ont accès à l’internet.
Ce sont là, quelques unes des conclusions de cette consultation. On laisse le soin au lecteur de dresser le profil du jeune Tunisien en fonction de toutes ces données.

Kamel ZAÏEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com