Saddam à ses geôliers : “Je monterai au gibet en martyr et me sacrifierai pour l’Irak”





Possible report de l'exécution

Saddam Hussein a déclaré qu'il montera au gibet en "martyr" et a appelé le peuple irakien à rester uni "face à ses ennemis", dans une lettre "au peuple irakien", transmise hier à l'AFP et authentifiée par ses avocats, une déclaration qui intervient quelques heures après l'annonce de son exécution dans les trentes prochains jours. Une exécution qui pourrait, toutefois, prendre "quelque temps" selon le ministre de la justice.

Le Quotidien-Agences
"Je me sacrifie. Si Dieu le veut, il ordonnera de me placer auprès des martyrs et des vrais hommes", déclare Saddam Hussein dans ce courrier rédigé avant le rejet de son appel mardi par la justice irakienne.
"Les ennemis de votre pays, les envahisseurs et les Perses ont trouvé une barrière dans l'unité entre vous et ceux qui vous dirigent. C'est pourquoi ils tentent de semer la haine entre vous", poursuit le texte, en référence à l'armée américaine et au voisin iranien.
La cour d'appel du Haut tribunal pénal irakien a ratifié mardi la condamnation à mort par pendaison de l'ex-dictateur, prononcée le 5 novembre dernier pour l'exécution de villageois chiîtes dans les années 1980, en représailles à un attentat contre le convoi présidentiel.
Le courrier rendu public hier a été rédigé en novembre, après la condamnation à mort de Saddam Hussein, selon l’un de ses avocats basé en Jordanie, Khalil Dulaimi, qui a authentifié le document.
"Je vous appelle à ne pas céder à la haine. Je vous demande de ne pas haïr les peuples de ces gouvernements qui nous ont attaqués et de faire la différence entre les gouvernants et les citoyens d'un peuple", poursuit le texte.
"Longue vie à l'Irak. Longue vie à l'Irak. Longue vie à la Palestine. Longue vie au Jihad et aux moujahidines. Dieu est grand. Qu'il maudisse les misérables", écrit Saddam Hussein.
"Toi peuple fidèle, je te fais mes adieux alors que je remets mon âme au Dieu miséricordieux", ajoute-t-il.
Les condamnations de Saddam Hussein et de deux de ses co-accusés, également condamnés à la peine capitale, doivent en théorie encore être paraphées par le président Jalal Talabani, qui, se disant hostile à la peine de mort, a déjà laissé son vice-président signer de nombreuses sentences d'exécution ces derniers mois.

Report
Ceci étant, l'exécution de Saddam pourrait prendre encore "quelque temps", a estimé hier le ministre irakien de la Justice, Hashem Al-Shibli.
"Le décret de la cour d'appel doit être transmis à la présidence. Le décret présidentiel signé sera envoyé à la direction générale des prisons qui elle-même sera chargée de mettre la sentence en application", a déclaré Shibli.
"Ce processus pourrait prendre encore quelque temps, en raison de la fête de l'Aïd El Adha", a-t-il affirmé.
Le ministre n'a donné aucune précision sur la pendaison elle-même, sur les circonstances ou le lieu de l'exécution. Saddam Hussein est actuellement détenu par l'armée américaine dans un endroit tenu secret en Irak.
Selon la loi irakienne, aucune autorité, pas même le chef de l'Etat, ne peut user du droit de grâce ni commuer les peines prononcées.
En outre, la tenue d'un autre procès n'ayant pas de caractère suspensif, Saddam Hussein sera pendu, même s'il est actuellement jugé avec six anciens dirigeants pour avoir ordonné et mis en oeuvre les campagnes militaires à Anfal, en 1987-88 dans le Kurdistan (nord), qui ont coûté la vie à 180.000 Kurdes selon l'accusation.
Al-Shibli a par ailleurs minimisé les risques de réaction violente au sein de la communauté sunnite, estimant que "les violences en Irak sont aujourd'hui motivées par de multiples facteurs".
La situation était normale hier matin dans les rues embouteillées du centre-ville de Bagdad, où plusieurs sourdes détonations d'origine indéterminée ont résonné, comme c'est désormais le cas quotidiennement.

_________________

Le Baath irakien menace de frapper les intérêts américains dans le monde

Le parti Baath irakien, dissous, menace de frapper les intérêts américains partout dans le monde au cas où le président déchu Saddam Hussein, condamné à mort, serait exécuté, dans un communiqué mis en ligne hier sur son site internet.
«Le parti Baath et la résistance sont déterminés à riposter par tous les moyens et partout dans le monde contre les intérêts américains si l’administration américaine met en application son crime», écrit le parti Baath.
«Celui qui devra assumer la première responsabilité de toute atteinte au président Saddam Hussein est l’administration américaine, qui décide de tout à Bagdad, et non le gouvernement fantoche», poursuit le Baath irakien.
«L’exécution du président et de ses compagnons est la plus importante des lignes rouges que l’administration américaine ne doit pas franchir», ajoute le parti, en soulignant que l’exécution de Saddam Hussein n’affaiblira pas la révolution, mais ne fera qu’attiser davantage son feu».




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com