Des milliers de personnes affluent à Tikrit : Saddam sera vengé





Les partisans de Saddam poursuivent leur hommage dans le calme à Tikrit alors que sur le terrain les attaques, notamment contre les forces de l'occupation, se poursuivaient.

Le Quotidien - Agences
Les partisans de Saddam Hussein ont continué hier à rendre hommage, dans le calme, à l'ancien président irakien, dans son bastion de Tikrit et dans son village natal d'Aouja, où repose sa dépouille, rapporte un correspondant de l'AFP.
Des milliers de personnes sont venues des provinces limitrophes se recueillir à Tikrit et à Aouja, brandissant des drapeaux irakiens et des portraits de l'ancien raïs pendu samedi à Bagdad, ainsi que des banderoles proclamant "héros et martyr le président Saddam Hussein".
Des appels à la vengeance ont également été lancés.
Les accès de Tikrit ont été à nouveau ouverts à la circulation automobile, après trois jours de fermeture, et les partisans de Saddam se sont rendus en nombre sur sa tombe, dans une propriété familiale à Aouja, à 4 km au sud de Tikrit.
Des délégations venues des principales régions sunnites du pays, Anbar, Diyala, Mossoul, sont également arrivées sur place. Des hommes en armes étaient omniprésents, et ils tiraient systématiquement en l'air avant de pénétrer dans la dernière demeure de Saddam Hussein, au milieu des pleurs et des lamentations.
"L'exécution de Saddam Hussein m'attriste profondément, elle nuit à tous les Irakiens", a assuré Mohammed Nahif, venu se recueillir à Aouja, au milieu des portraits de Saddam et de banderoles du Parti islamique et du Front irakien pour le dialogue national, deux partis sunnites.
"Avec la mort du président, les Arabes ont perdu un héros national", a renchéri Abdallah Salah, venu de Kirkouk (nord).
A Tikrit, la foule a continué à affluer dans les dizaines de tentes de deuil, dressées à travers la ville, qui a presque retrouvé son ancien visage, à l'époque du règne triomphant de Saddam Hussein, quand statues et monuments à sa gloire abondaient à chaque coin de rue.
L'armée américaine et les forces de sécurité irakiennes avaient détruit ces symboles du pouvoir de Saddam Hussein, mais des centaines de portraits de l'ancien raïs sont aujourd'hui exposés dans la ville.
Le comité des oulémas musulmans, la principale association religieuse sunnite, vivement opposée à l'occupation américaine, a organisé une cérémonie de deuil qui dure depuis samedi dans une mosquée de la ville.
"On ne pourra jamais rendre à Saddam tout ce qu'il a fait pour nous", s'est lamenté cheikh Yayah al-Attaoui, représentant du comité à Tikrit.
Le calme règne à Tikrit, où les partisans de Saddam portent ouvertement des armes automatiques, sans que la police locale, dont la présence est visible dans la ville, ne tente de les en empêcher.

* Un GI tué
Ailleurs en Irak, un soldat américain a été tué dans l'explosion d'une bombe artisanale au sud-ouest de Bagdad, a annoncé hier l'armée américaine dans un communiqué.
"Une bombe artisanale a explosé à proximité d'une patrouille de la division multinationale Bagdad, tuant un soldat au sud-ouest de la capitale irakienne", a indiqué l'armée.
"Trois personnes, dont un interprète, ont aussi été blessées dans l'explosion", a-t-elle ajouté.
Il s'agit du premier soldat américain tué en 2007. En décembre 2006, au moins 110 militaires américains ont été tués, ce qui en fait le mois le plus meurtrier pour l'armée américaine depuis novembre 2004, lorsque 137 soldats américains étaient morts en Irak, notamment pendant l'assaut contre la ville rebelle de Falloujah (ouest).
Toujours sur le terrain, trois personnes ont été tuées mardi matin par l'explosion d'un engin piégé à Bagdad, a-t-on appris de sources sécuritaires concordantes.
Une bombe dissimulée dans un tas d'ordures a explosé à Kamsara, quartier mixte de l'est de Bagdad, où vivent de nombreux chrétiens, ont indiqué ces deux sources, sous couvert de l'anonymat.
Trois personnes ont été tuées et sept blessées. L'explosion a endommagé le mur d'une habitation voisine et détruit une camionnette, selon un photographe de l'AFP sur place.
Six membres d'une même famille ont par ailleurs été enlevés hier à l'aube par des hommes armés non-identifiés à Madayin, petite localité en périphérie sud de Bagdad, toujours selon les mêmes sources.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com