Notation : Des perspectives importantes pour l’industrie tunisienne du phosphate





Considérée comme un des principaux secteurs de l’économie nationale, l’industrie tunisienne du phosphate confirme toujours sa bonne tenue et ses perspectives prometteuses durant les prochaines années. Les notes attribuées récemment par l’agence Fitch Ratings aux deux principales sociétés tunisiennes de ce secteur renforcent sa très bonne image.

Tunis – Le Quotidien
L’agence Fitch Ratings vient de confirmer, en effet, ses notes attribuées à l’échelle nationale à la Compagnie des Phosphates de Gafsa (CPG) et au Groupe Chimique Tunisien (GCT), les deux principaux acteurs de l’industrie tunisienne du phosphate.
Les nouvelles notes reflètent les bonnes performances et la forte intégration de l’industrie tunisienne du phosphate qui contribue, encore et d’une manière remarquable, au développement des autres secteurs de l’économie nationale.
Selon l’agence, ces notes sont basées sur l’importante et durable demande d’engrais phosphatés à l’échelle mondiale et les fortes positions commerciales détenues par le GCT. Les notes reflètent également l’excellente santé financière du groupe ainsi que celle de la CPG et le fort soutien qui leur est accordé par l’Etat.
L’industrie tunisienne du phosphate a continué, ces deux dernières années, de profiter d’une conjoncture mondiale favorable caractérisée par le maintien d’une demande de plus en plus élevée et la poursuite de l’augmentation des prix de vente du phosphate et des engrais.
La Compagnie des Phosphates de Gafsa a réalisé en 2005 un chiffre d’affaires de 296 millions de dinars et un résultat net de 47,5 millions de dinars, profitant ainsi d’un cours mondial de phosphate fortement augmenté après plusieurs années de stabilité.
Pour sa part, le Groupe Chimique Tunisien a pu réaliser un chiffre d’affaires de 980 millions de dinars et un bénéfice record de 174 millions de dinars en 2005.
Ainsi, la marge opérationnelle de la CPG est passée de 12,4% en 2004 à 23,6% en 2005, alors que celle du GCT est restée quasiment stable ces dernières années avec 17,3%.
Il importe de rappeler que ces deux sociétés ont constitué un joint venture avec des partenaires indiens pour le montage d’une nouvelle usine d’acide phosphorique d’une capacité de près de 360 mille tonnes par an. Le GCT et la CPG tiendront 70% du capital du nouveau joint venture.
La CPG envisage, à cet effet, d’augmenter sa production à hauteur de 9 millions de tonnes par an à partir de 2011 afin de subvenir au besoin de la nouvelle unité. La société a contracté, en 2005, un nouvel emprunt auprès de la Banque Africaine de Développement. Ce crédit, qui porte sur un montant de 50 millions de dollars, est garanti par l’Etat Tunisien.
Par ailleurs, le GCT est tenu d’implémenter les solutions de réhabilitation et de protection de l’environnement de ses sites de production nécessitant une enveloppe de 150 millions de dinars à débourser sur les dix prochaines années.

M.Z


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com