Important rassemblement ouvrier à Tunis : La société civile dénonce l’exécution de Saddam Hussein…





Tunis-Le Quotidien
Les manifestations dénonçant l’exécution de l’ancien président irakien Saddam Hussein se multiplient à Tunis. Après un rassemblement ouvrier organisé mardi dernier à la place Mohamed Ali et le meeting qui s’est tenu une journée après à la Maison de l’Avocat, l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) a récidivé hier en organisant un nouveau rassemblement auquel ont été invitées de nombreuses composantes de la société civile. Il s’agit essentiellement de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme, du Conseil de l’Ordre des avocats, du Parti démocratique progressiste et de certaines ONG.
Lors de ce rassemblement marqué par l’absence du secrétaire général de l’UGTT, Abdessalem J’rad — fort probablement pour des raisons de santé — de nombreux slogans vantant l’ancien Raïs irakien ou encore la résistance et dénonçant l’impérialisme américain ont été scandés à cette occasion.
Dans son allocution, le secrétaire général adjoint de la Centrale syndicale, Mohamed Saâd, a annoncé que le Bureau exécutif de l’UGTT a élaboré un programme de soutien matériel et moral à la résistance irakienne. Il a également fait savoir qu’une grande manifestation sera organisée le 20 janvier à Tunis à l’occasion du 61ème anniversaire de l’Organisation ouvrière pour rendre hommage à l’ancien président irakien. Cette manifestation sera rehaussée par la présence de l’ancien ministre américain de la Justice, Ramsey Klark, qui a fait partie du comité de défense de Saddam Hussein du président de ce même comité et avocat principal de l’ancien président irakien, Khalil Daïlami ainsi que par la participation de Raghad Saddam Hussein.
Parlant au nom des avocats tunisiens, le bâtonnier, Me Abdessattar Ben Moussa, a révélé que le Conseil de l’Ordre national des avocats a chargé Me Ahmed Seddik, avocat tunisien de Saddam Hussein de présider un comité dont la mission sera d’introduire une requête auprès du Tribunal Pénal International (TPI) pour poursuivre les responsables de cet acte barbare qu’est la mise à mort du président d’un pays occupé, en l’occurrence le président américain Georges W. Bush et le secrétaire général sortant de l’ONU, Kofi Annan.

Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com