HRW demande de stopper “immédiatement” les exécutions





Le Quotidien-Agences
Human Rights Watch a demandé hier au gouvernement irakien de stopper "immédiatement" toute exécution capitale et dénoncé l'attitude du Premier ministre Nouri al-Maliki face aux critiques internationales sur la pendaison de l'ex-président Saddam Hussein.
"La précipitation et l'esprit de vengeance ayant marqué la pendaison de Saddam Hussein devrait pousser le gouvernement à stopper immédiatement toutes les exécutions" prévues, estime l'organisation internationale de défense des droits de l'homme dans un communiqué.
La pendaison de l'ancien président "a choqué le monde et suscite de nombreuses interrogations sur la volonté du gouvernement irakien de respecter ses engagements en matière de droits de l'homme", écrit HRW.
Le Premier ministre irakien a violemment réagi aux critiques internationales sur cette "affaire interne" qui "ne regarde que le peuple irakien", et s'en est pris aux organisations de défense des droits de l'homme, muettes selon Maliki lors des atrocités commises sous le régime de Saddam Hussein.
"Selon la constitution irakienne, toute sentence de mort doit être ratifiée par le chef de l'Etat et les deux vice-présidents. (Or) d'après les médias, la présidence irakienne n'a pas ratifié l'ordre d'exécution de Saddam Hussein et les bases légales de cette décision ne sont pas claires", relève HRW.
Revenant sur le procès des trois condamnés à mort devant le Haut tribunal pénal irakien, l'organisation souligne que la cour "a de façon répétée montré son mépris pour les droits fondamentaux de la défense" et se dit profondément troublée "par les graves manques dans le dossier d'Awad al-Bandar".
L'exécution prévue de Barzan al-Tikriti et Awad al-Bandar est "une punition cruelle et inhumaine qui ne portera que plus de discrédit" sur les autorités irakiennes, selon HRW.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com