CNAM : Ultimes réglages sur fond de réticences…





A l’heure où la Caisse Nationale d’Assurance-Maladie (CNAM) s’efforce de huiler ses rouages en prélude à l’entrée en vigueur du nouveau régime de couverture-maladie, les prestataires de soins se montrent encore très réticents.

Tunis - Le Quotidien
La réforme de l’assurance-maladie a pris une tournure sérieuse depuis la mise en place de la CNAM, organisme unique qui gère les régimes actuels de couverture-maladie en attendant l’entrée en vigueur du projet qui fait l’objet d’âpres négociations depuis février 1996. Un tournant qui a été confirmé le 18 décembre dernier par la signature de trois conventions sectorielles entre la Caisse et les syndicats des médecins de libre pratique, des biologistes et des dentistes. Et c’est pour cette raison d’ailleurs que la CNAM peaufine les préparatifs en prévision de la mise en œuvre imminente du nouveau régime. En témoigne la rencontre qui s’est tenue, hier, entre la Direction générale de la Caisse et ses 37 antennes régionales et bureaux de liaison. Cette réunion, présidée par le PDG de la Caisse, Naceur Gharbi, a été consacrée à l’évolution des négociations avec les prestataires de soins et à la sensibilisation des responsables régionaux quant à l’importance des défis de la période à venir. D’autant plus que la première étape d’application du nouveau régime est prévue pour le 1er juillet 2007.

Nouveau round de négociations
L’intérêt s’est également porté, selon des sources dignes de foi, sur le nouveau round de négociations qui démarre cette semaine. Le round en question sera marqué par la poursuite des négociations sur les prix de référence des médicaments et les délais de paiement des pharmaciens ainsi que sur la fixation d’un cadre général des hospitalisations avec la Chambre syndicale des cliniques.
Parallèlement à ces ultimes réglages, les prestataires de soins continuent à exprimer leurs réticences après la signature du premier lot des conventions sectorielles.
Dans un communiqué publié récemment, le Conseil de l’ordre des médecins dentistes de Tunisie a indiqué qu’il n’a pas été informé de la signature de la convention sectorielle entre la Caisse et le syndicat des médecins dentistes tout en dénonçant cette «démarche basée sur le black-out et la précipitation». Des réserves similaires ont été émises par le Syndicat tunisien des médecins spécialistes libéraux et le Conseil national de l’ordre des médecins.
Quoi qu’il en soit, ces divergences devraient en principe faire l’objet d’un débat profond dans l’espoir d’aplanir les difficutlés et de faire réussir cette réforme qui changera le visage du système de la santé en Tunisie.

W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com