BAD : Pour des relations plus développées entre l’Afrique et la Chine





• Tenue des Assemblées Annuelles de la Banque à Shanghaï en mai 2007

Pour la Chine, l’Afrique représente un marché potentiel et stratégique dans la conjoncture économique actuelle et même dans les prochaines années. La conquête de ce marché a été érigée par les responsables chinois au rang de priorité et l’Empire du Milieu met le paquet pour concrétiser cet objectif. L’organisation des assises des Assemblées Annuelles de la plus grande banque de la région, à savoir la Banque Africaine de Développement (BAD) en Chine, confirme ce constat.

Tunis-Le Quotidien
C’est donc dans ce cadre général que s’inscrit la visite effectuée au siège de la BAD à Tunis, depuis hier, par M. Zhou Xiaochuan, gouverneur de la Banque Centrale de Chine, qui a eu un entretien avec M. Ronald Kaberuka, président du conseil d’administration de la BAD, au cours duquel ils ont passé en revue l’avancement des préparatifs des prochaines assemblées de la banque.
Au cours d’une conférence de presse tenue à cette occasion hier au siège de la banque, les deux responsables ont mis l’accent sur la qualité des relations entre les pays du continent africain et la Chine.
Ainsi, M. Ronald Kaberuka a rappelé les différents évènements organisés dernièrement dans l’objectif de stimuler les relations économiques entre les pays africains et ceux asiatiques, et en particulier le Sommet afro-asiatique tenu récemment.
Le premier responsable de la BAD a expliqué que les relations entre l’Afrique et la Chine demeurent très importantes dans une conjoncture marquée par une multiplication des enjeux économiques à l’échelle internationale et une tendance vers le rapprochement économique entre les pays voire les continents.
De son coté, M. Zhou Xiaochuan, a précisé que la Chine se réjouit de ses relations avec le continent africain, et qu’elle continue à financer le développement de l’infrastructure dans plusieurs pays africains.
Le responsable chinois a noté que les deux parties ont des actions communes et concrètes destinées au développement de certains projets de coopération dans le domaine de l’infrastructure dans plusieurs pays du continent. Et d’ajouter « on va devoir définir une feuille de route pour le développement de nos relations bilatérales durant la prochaine étape ».
Il a également souligné qu’actuellement plusieurs sociétés chinoises ne cessent de manifester leur intérêt au marché africain considéré comme un marché potentiel et de très fortes perspectives de développement dans l’avenir.
Selon les chiffres de la Banque Mondiale, les exportations de l’Afrique vers l’Asie ont triplé ces cinq dernières années. L’Asie demeure, ainsi, le troisième partenaire commercial des pays africains avec une part de marché de 27% derrière l’Union Européenne (32%) et les Etats-Unis (29%).
Selon les mêmes chiffres, les apports d’investissement direct étranger provenant de la Chine ont progressé pour atteindre plus de 1,18 milliard de dollars au milieu de 2006.
Il y a lieu de noter que les assemblées annuelles de la BAD, qui auront lieu donc à Shanghaï (en Chine) en mai prochain, porteront sur le thème «l’Afrique et l’Asie : partenaires dans le développement». Ces assemblées permettront de se demander si le même miracle pourrait se produire en Afrique subsaharienne.

Mohamed ZGHAL




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com