Blair rompt le silence : L’exécution de Saddam est «inacceptable»





Le Quotidien-Agences
Le Premier ministre britannique Tony Blair a jugé avant-hier "inacceptable" la façon dont Saddam Hussein a été exécuté, tout en rappelant ses "centaines de milliers" de victimes, dans une première réaction à la pendaison de l'ancien président irakien.
Rompant un silence de dix jours, Blair, de plus en plus critiqué jusqu'au sein de son propre parti, a déclaré que la façon dont Saddam Hussein avait été exécuté était "inacceptable" et "complètement inadéquate".
"Mais cela ne doit pas nous rendre aveugles face aux crimes qu'il a commis contre son peuple", a-t-il dit au cours d'une conférence de presse commune avec son homologue japonais Shinzo Abe qui entamait à Londres une tournée européenne.
"Les crimes que Saddam a commis n'excusent pas la façon dont il a été exécuté, mais la façon dont il a été exécuté n'excuse pas les crimes", a ajouté M. Blair, le plus fidèle allié des Etats-Unis en 2003 lors de l'invasion de l'Irak ayant conduit au renversement, puis au procès pour crimes contre l'humanité de l'ancien président irakien.
Dimanche, le successeur probable de Tony Blair, l'actuel ministre des Finances Gordon Brown, avait qualifié de "déplorable" et "totalement inacceptable" la façon dont Saddam Hussein avait été exécuté.
Downing Street avait ensuite fait savoir que Blair trouvait "totalement inadéquate" la manière dont Saddam Hussein a été mis à mort.

_____________________

Talabani propose de suspendre les exécutions des coaccusés de Saddam

Le Quotidien-Agences
Le président irakien Jalal Talabani a recommandé hier au gouvernement d'"attendre" avant de mettre en œuvre les exécutions de deux proches de Saddam Hussein, qui doivent intervenir dans les prochains jours.
"Je recommande d'attendre avant de procéder aux exécutions, le contexte actuel n'est pas favorable", a déclaré au cours d'une conférence de presse Talabani, qui a souvent exprimé son opposition de principe à la peine de mort.
Le demi-frère de Saddam Hussein, Barzan Al-Tikriti, ex-chef des services secrets, et Awad Al-Bandar, ancien président du tribunal révolutionnaire, ont été condamnés à la peine capitale le 5 novembre avec Saddam Hussein.
Avant-hier, Ali Al-Dabbagh, le porte-parole du Premier ministre Nouri Al-Maliki, avait affirmé que le gouvernement irakien était "déterminé" à exécuter dans les prochains jours les deux hommes.
"Nous allons les exécuter dans quelques jours. Je ne peux pas vous donner de date, mais le Premier ministre prendra une décision dans les prochains jours", avait dit Dabbagh.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com