Washington hausse le ton : «L’Iran pêche en eau trouble en Irak»





George W. Bush et son vice-président Dick Cheney ont exhorté les autorités iraniennes à garder leurs hommes en Iran et à ne pas interférer avec la situation en Irak, affirmant que Téhéran représentait une menace croissante pour l'ensemble de la région.

Le Quotidien-Agences
"Un échec en Irak renforcerait la position de l'Iran, qui représente une menace significative pour la paix mondiale", a déclaré le président américain lors d'un entretien accordé à la chaîne de télévision CBS. "Je pense que ce que disent (les officiers américains), c'est que les Iraniens fournissent du matériel qui tue des Américains, et cela, c'est inacceptable", a ajouté George W. Bush.
De son côté, Cheney a estimé "très important" que les autorités iraniennes "gardent leurs hommes chez eux". "Nous ne voulons pas qu'ils puissent essayer de déstabiliser la situation en Irak", a-t-il dit sur Fox.
Selon le conseiller pour la sécurité nationale de la Maison-Blanche, Stephen Hadley, Washington n'exclut pas de pénétrer sur le territoire iranien pour poursuivre des Iraniens participant à des attaques contre les forces américaines en Irak.
"Comme l'a dit le président Bush, nous avons l'intention de mettre fin à ces activités en Irak sponsorisées par l'Iran et mettant nos troupes en danger", a-t-il déclaré à ABC.
Interrogé sur le fait de savoir si les Etats-Unis s'interdisaient, dans le cadre de cette lutte, d'aller en Iran poursuivre des insurgés iraniens, il a répondu: "Je n'ai pas dit cela".
Certains membres du Congrès américain, contrôlé par les démocrates depuis début janvier, estiment que l'administration Bush n'a pas le droit d'intervenir en Iran sans un accord explicite des parlementaires.
Pour Dick Cheney, "l'Iran représente un problème bien plus large" que leur seule implication en Irak. "Leur comportement provoque beaucoup de tensions dans la région. Si vous parlez avec les Etats du Golfe, avec les Saoudiens, les Israéliens ou les Jordaniens, la région entière est inquiète notamment à cause de la conduite du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui a fait sienne une version apocalyptique de l'avenir et pense qu'elle est imminente", a fait valoir le vice-président.
"Ils poursuivent l'acquisition d'armes nucléaires. Plus de 20% de l'approvisionnement en pétrole du monde passe par leur pays chaque jour, ils utilisent le Hezbollah comme un substitut, ils essayent d'empêcher tout gouvernement démocratique en Iran, ils interfèrent dans le processus de paix (au Proche-Orient)", a souligné le vice-président pour qui "la menace grandit".

Renforcement
En Irak, les Iraniens "ont joué un rôle important en fournissant des engins explosifs à certaines forces". "Il est désormais bien connu que l'Iran pêche en eau trouble en Irak", a-t-il résumé, en rappelant que les Etats-Unis avaient décidé en conséquence de renforcer leur dispositif militaire dans le Golfe.
La tension entre les Etats-Unis et l'Iran a redoublé ces derniers jours avec l'arrestation par les forces américaines en Irak de 5 Iraniens, accusés par Washington "d'être étroitement liés aux activités visant l'Irak et les forces de la coalition" dans ce pays.
Toujours sur Fox, Cheney a estimé que l'opposition au plan Bush sur l'Irak servait le chef d'Al-Qaïda, Oussama ben Laden, ajoutant qu'un retrait des forces américaines d'Irak serait "la plus grosse erreur" imaginable.
"Ben Laden ne pense pas qu'il peut nous battre. Il pense qu'il peut nous amener à partir. Il pense qu'après la Somalie et le Liban, les Etats-Unis n'auront pas le courage pour une guerre longue (...) et il est essentiel que nous gagnions là-bas et nous allons gagner là-bas", a martelé Cheney.

______________________

Gates : Le renforcement US dans le Golfe, un signal à l'Iran

Le Quotidien-Agences
Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a présenté hier le renforcement de la présence militaire américaine dans le Golfe comme un signal adressé notamment à l'Iran que les Etats-Unis comptaient se maintenir à long terme dans cette région stratégique.
"Nous voulons simplement faire comprendre à tous les pays de la région que nous allons être présents dans le Golfe pour une longue période", a déclaré Gates à la presse à l'issue d'une rencontre avec le secrétaire général de l'Otan, Jaap de Hoop Scheffer.Mais le message est en particulier destiné à l'Iran qui a "une attitude très négative", a expliqué Gates, lors de sa première visite au siège de l'Alliance atlantique depuis qu'il a succèdé le 18 décembre à Donald Rumsfeld au ministère américain de la Défense.
"Les Iraniens croient qu'ils peuvent faire pression sur nous" à cause des difficultés américaines en Irak, a-t-il dit.
Téhéran "ne fait rien de constructif en Irak" et appuie "les efforts du Hezbollah (chiîte libanais) pour ouvrir un nouveau conflit au liban", a ajouté Gates.
Les Etats-Unis ont annoncé la semaine dernière qu'ils allaient déployer pendant des mois deux groupes aéronavals dans le Golfe afin de renforcer la présence militaire américaine dans la région.
Le porte-avions USS John C. Stennis rejoindrait l'USS Dwight D. Eisenhower, et un bataillon de défense aérienne équipé de missiles antimissiles Patriot serait également envoyé dans la région.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com