Sans le consentement du Congrès : Bush aurait déclaré une





Les cercles des renseignements, de l'armée et de politique étrangère de Washington, sont occupés aujourd'hui à spéculer sur l'envoi du président, hier ou ces derniers jours, d'un décret secret au Secrétaire de la Défense et au directeur de la CIA pour lancer des opérations militaires contre la Syrie et l'Iran.

Le Quotidien-Agences
Le président pourrait avoir démarré une nouvelle guerre secrète, non-officielle contre la Syrie et l'Iran, sans le consentement du Congrès ou un large débat avec le pays.
Les grandes lignes de cet ordre sembleraient figurer dans le Discours à la Nation du président Bush décrivant sa nouvelle orientation au sujet de l'Irak :
Le succès en Irak exige également la défense de son intégrité territoriale et une stabilisation de la région face aux défis extrémistes. Cela commence par s'intéresser à l'Iran et à la Syrie. Ces deux régimes permettent aux insurgés d'utiliser leurs territoires pour entrer et sortir d'Irak.
L'Iran fournit un soutien matériel pour des attaques contre les troupes américaines.
Nous stopperons les attaques contre nos forces. Nous interromprons le flux de soutien de l'Iran et de la Syrie.
Et nous chercherons et détruirons les réseaux qui fournissent des armements avancés et forment nos ennemis en Irak.
Nous prenons également d'autres mesures pour soutenir la sécurité de l'Irak et pour protéger les intérêts américains au Moyen-Orient. J'ai récemment ordonné le déploiement d'un groupe supplémentaire de porteurs de frappes dans la région.
Nous étendrons le partage des informations et nous déploierons des systèmes de défense aérien Patriot pour rassurer nos amis et alliés.
Nous travaillerons avec les gouvernements de la Turquie et de l'Irak pour les aider à résoudre les problèmes le long de leurs frontières. Et nous travaillerons avec d'autres pour empêcher l'Iran d'obtenir des armes nucléaires et dominer la région.
Pour alimenter les spéculations, les forces américaines ont attaqué le consulat iranien à Arbil en Irak et détenu cinq membres du personnel iranien.
Etant donné que l'Iran a montré peu de considérations envers la sainteté politique de l'ambassade américaine à Téhéran il y a 29 ans, il serait ironique que l'Iran fasse beaucoup étalage de l'incursion.
Mais ce qui est déconcertant, c'est que certains spéculent que Bush a décidé de relancer l'engagement militaire contre l'Iran et la Syrie – en effectuant une action éventuelle à l'intérieur de leurs frontières, pas seulement en Irak.
Certains suggèrent que le raid sur le Consulat aurait eu pour but d'inciter une réponse militaire de la part de l'Iran – afin de créer un casus belli pour de nouvelles actions américaines.
Si c'est le cas, le débat sur le fait d'envoyer quatre brigades supplémentaires en Irak est pathétique.
La situation deviendra encore plus chaude qu'elle est maintenant, elle aggravera la position américaine et dévoilera le fait que pour combattre l'Iran à l'intérieur des frontières de l'Irak et dans le territoire iranien, il n'y a pas assez de troupes sur place.
Bush pourrait avoir appuyé bien plus sur la pédale d'accélérateur que nous l'imaginons.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com