Ministère des Affaires étrangères : Fierté pour les succès réalisés par la diplomatie tunisienne sur la scène régionale et internationale





La Chambre des députés a examiné, hier soir, le projet de budget du ministère des Affaires étrangères, pour l’année 2007.

Le Bardo - TAP
Le rapport de la première commission indique que le budget du ministère des Affaires étrangères, pour l’exercice 2007, a été fixé à 98,233 millions de dinars, contre 91,109 millions de dinars en 2006, soit une augmentation de 7,124 millions de dinars, représentant un taux de 7,8%.
Ces dépenses sont répartis comme suit :
- Dépenses de gestion : 93,133 millions de dinars
- Dépenses de développement : 5,100 millions de dinars
Dans leurs interventions, les députés ont exprimé leur fierté pour les succès réalisés par la diplomatie tunisienne, sur la scène régionale et internationales, grâce aux choix judicieux et à la vision prospective du Président Zine El Abidine Ben Ali, ses positions fermes concernant les causes justes et équitables dans le monde, ainisi que son attachement à la légalité internationale et aux principes du respect mutuel et de la coopération équilibrée entre les Etats et les peuples.
Ils ont salué les efforts de la diplomatie tunisienne tendant à consolider la position de la Tunisie, à tous les niveaux, à renforcer son rayonnement parmi les nations, et à faire connaître les succès réalisés au niveau national et les initiatives du Chef de l’Etat appelant à la diffusion des valeurs de justice, de dialogue, de tolérance et de solidarité entre les peuples.
Ils ont mis en exergue le rôle grandissant de la diplomatie économique, dans un contexte de mutations mondiales, insistant sur la nécessité d’œuvrer davantage en vue de tisser des liens avec les investisseurs étrangers et de faire connaître les opportunités d’investissement et de partenariat, ainsi que les incitations qu’offre la Tunisie dans ce domaine.
Ils ont évoqué, dans ce contexte, l’importance de mettre en place un partenariat économique avec les marchés prometteurs et, notamment, asiatiques.
Les députés se sont, en outre, intéressés aux perspectives du partenariat euroméditerranéen, 11 ans après le démarrage du processus de Barcelone.
Ils se sont par ailleurs interrogés sur les efforts déployés afin de faire connaître les initiatives du Chef de l’Etat, soulignant la bonne renommée dont jouit la Tunisie, en particulier grâce à ses positions clairvoyantes et à son action visant à rapprocher les points de vue et à renforcer les mécanismes de l’action arabe commune.
Dans ses réponses aux députés, M. Abdelwaheb Abdallah, ministre des Affaires étrangères, a souligné que l’action de la diplomatie tunisienne est fondée sur des constantes et des choix initiés par le Président Zine El Abidine Ben Ali. Il a expliqué que ces choix et constantes constituent un référentiel et une méthodologie d’action pour toutes les initiatives de la diplomatie tunisienne, à tous les les niveaux et aux différentes instances régionales et internationales. Il a souligné, dans ce sens, que le vingtième point du programme présidentiel “pour la Tunisie de demain”, intitulé “une intégration plus poussée dans notre environnement international” demeure “notre ambition, notre espoir et notre objectif”
Dans cette orientation, le ministre a expliqué que ces choix et les succès qu’ils ont permis constituent les fondements mêmes de l’image rayonnante de la Tunisie à l’étranger, et sont parmi les facteurs qui ont amené les membres de la Chambre des députés et de la Chambre des Conseillers à exhorter le Président Zine El Abidine Ben Ali a présenter sa candidature aux élections présidentielles de 2009.
Le ministre a, par ailleurs, fait remarquer que la dimension maghrébine figure en tête des préoccupations de la diplomatie tunisienne, étant donné que l’édification du Maghreb, ce choix constant et irréversible, concrétise l’aspiration des peuples de la région à la mise en place d’un espace capable de réaliser la complémentarité et l’intégration.
Il a souligné, dans ce contexte, que la Tunisie a poursuivi son rôle actif dans le soutien de l’action maghrébine commune et la dynamisation des structures de l’Union, indiquant, en particulier, qu’un accord a été établi, en vertu duquel la Tunisie abritera le siège de la Banque Maghrébine pour l’Investissement et le Commerce Extérieur (BMICE) dont les activités devraient démarrer en mars 2007.
A l’échelle arabe, M. Abdelwaheb Abdallah a indiqué que la diplomatie tunisienne s’est attachée à intensifier les efforts visant à impulser l’action et à dynamiser les structures de la Ligue des Etats Arabes, et à soutenir le processus de promotion et de modernisation dans la région arabe, conformément aux orientations et décisions issues du Sommet arabe de Tunis, tenu en mai 2004. Le ministre a ajouté que la Tunisie accorde une importance particulière au renforcement de la complémentarité économique arabe.
La cause palestinienne figure en tête des priorités de la diplomatie tunisienne, a-t-il indiqué dans ce cadre, rappelant les initiatives présidentielles appelant à assurer une protection internationale au peuple palestinien et à trouver une solution juste, globale et durable, à même de favoriser l’édification d’un Etat palestinien indépendant et de réaliser la paix et la sécurité au profit de tous les peuples de la région.
Il a fait remarquer que l’attribution au Président de la République, à l’occasion de la célébration du 19ème anniversaire du Changement, de la «Médaille d’Al Qods», par le syndicat des journalistes palestiniens, atteste la reconnaissance et la considération dont bénéficie le Chef de l’Etat, pour ses positions constantes et son soutien permanent au peuple palestinien.
Le ministre des Affaires étrangères a réaffirmé la solidarité totale de la Tunisie et son soutien au Liban, ainsi que l’appel du Président Zine El Abidine Ben Ali à une position solidaire et ferme permettant de hâter la reconstruction du Liban et de la Palestine.
Il a relevé la contribution active de la Tunisie aux efforts arabes et internationaux visant à soutenir le peuple irakien dans l’action qu’il déploie pour sortir de la situation difficile à laquelle il est confronté.
S’agissant des relations de la Tunisie avec l’Etat du Qatar, le ministre a précisé que la Tunisie n’a pas rompu ses relations diplomatiques avec ce pays, rappelant la visite de fraternité et d’amitié, effectuée le 22 novembre dernier, par Cheikh Hamad Ibn Khalifa Al-Thani, émir de l’Etat du Qatar, et sa rencontre avec le Président Zine El Abidine Ben Ali, et ajoutant que les relations entre la Tunisie et le Qatar frère sont maintenues.
Concernant l’action islamique commune, il a affirmé que la Tunisie s’est employée à faire connaître les spécificités de la civilisation islamique ainsi que ses nobles et éminentes valeurs, et à consacrer le dialogue entre les cultures et les civilisations, à travers nombre d’initiatives, dont notamment, la «Charte de Carthage pour la tolérance», la création de «La Chaire Ben Ali pour le dialogue des civilisations et des religions», d’un Prix international pour la solidarité et d’un Prix mondial pour les études islamiques.
Concernant le volet africain, le ministre a mis en exergue la dynamique intense et multiforme ayant marqué l’activité de la diplomatie tunisienne, tant en direction de la consolidation des relations bilatérales avec les Etat africains frères, que dans le cadre de l’Union africaine et des institutions africaines régionales.
Pour ce qui est des relations de la Tunisie avec l’Union Européenne, le ministre a souligné l’intensification de l’action visant à conforter le processus de coopération et de partenariat avec cet espace. L’année 2006 a été marquée par le démarrage de la mise en œuvre du plan d’action tuniso-européen, a-t-il ajouté, mettant en exergue l’importance accordée par la Tunisie à l’instauration d’un partenariat solidaire et équilibré avec la partie européenne, sur la base du respect et de la confiance mutuels, et conformément aux intérêts communs.
Il a également relevé la détermination de la Tunisie à déployer tous les efforts en vue de soutenir et d’impulser le Processus de Barcelone, mettant l’accent sur l’impératif de hisser ce processus au rang des ambitions des peuples de la région.
Dans le cadre de la diversification des relations et de l’élargissement de la base de la coopération, M. Abdelwaheb Abdallah a indiqué que l’année 2006 a connu une action de grande ampleur destinée à promouvoir les relations de la Tunisie avec les pays des continents américain et asiatique, à travers les multiples visites échangées, auxquelles se sont associés des hommes d’affaires tunisiens et qui ont permis de donner une forte impulsion aux relations avec ces pays et d’étoffer le cadre juridique de la coopération commune.
Evoquant les relations à l’échelle multilatérale, il a souligné que l’action s’est poursuivie en vue de contribuer aux efforts de l’ONU visant à diffuser la paix, la sécurité et la stabilité, conformément aux positions constantes de la Tunisie, fondées sur les principes de la légalité internationale et sur le règlement pacifique des conflits, ainsi que sur la diffusion des valeurs de solidarité, de tolérance et de modération.
Il a indiqué que la Tunisie a contribué à promouvoir le processus de réforme de l’Organisation des Nations Unies pour conférer davantage d’efficacité et de dynamisme à son action et consacrer une vision globale pour des relations internationales plus solidaires et plus cohérentes, en concrétisation des appels lancés par le Président de la République.
Par ailleurs, M. Abdelwaheb Abdallah a souligné que la présence tunisienne s’est renforcée cette année au sein des organisations internationales et onusiennes, comme en témoigne la présidence, par la Tunisie, du Conseil économique et social de l’ONU, et sa présence en tant que membre, pour le 3ème mandat consécutif, au sein de la Commission onusienne des droits de l'homme, ainsi que son élection, en mai 2006, au sein du premier Conseil des droits de l’homme de l’ONU, nouvellement créé, ce qui constitue une reconnaissance onusienne des réalisations majeures accomplies par la Tunisie dans le domaine des droits de l’homme.
Il a rappelé l’évaluation positive de la prestation de l’économie tunisienne, faite en 2006 par des experts gouvernementaux de la conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED), ainsi que par le rapport du Forum mondial économique de Davos. Cela habilite la Tunisie à occuper une place avancée parmi les pays ayant un indicateur de développement humain élevé, a précisé M. Abdelwaheb Abdallah.
Concernant la dimension sociale de l’action diplomatique, le ministre des Affaires étrangères a souligné que, dans le cadre de la mise en œuvre du 18ème point du Programme présidentiel «Pour la Tunisie de demain», la diplomatie tunisienne s’est attachée à assurer un meilleur encadrement aux Tunisiens résidant à l’étranger, à protéger leurs intérêts, à renforcer leurs liens avec la patrie, à les inciter à adhérer activement au processus de développement et à défendre les acquis du pays.
Après avoir adopté le budget du ministère des Affaires étrangères, la Chambre a levé la séance.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com