Tunisie – France : Lancement d’un jumelage dans le domaine de la concurrence





Le lancement d’un jumelage entre les autorités tunisiennes et françaises de la concurrence constitue un nouvel appui aux relations de coopération entre les deux pays. Il devrait permettre de renforcer les capacités et les compétences tunisiennes en matière de la concurrence.

Tunis - Le Quotidien
Lancé dans le cadre du programme européen MEDA et de l’Accord d’association entre la Tunisie et l’Union Européenne, le jumelage entre la Direction générale de la concurrence et des enquêtes économiques (OGCEE) et le Conseil de la concurrence d’une part et leurs homologues français, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et le Conseil de la concurrence de l’autre, vise essentiellement à renforcer les capacités opérationnelles de l’ensemble du «réseau concurrence» tunisien.
Ce projet permettra, en effet, d’apporter une assistance en vue de l’élaboration de 6 manuels méthodologiques pour le personnel de la DGCEE et du Conseil, et d’une directive relative à l’auto saisine.
Ce jumelage apportera, entre autres, une certaine assistance technique pour l’évaluation des besoins en infrastructures technologiques avec notamment un examen complet des besoins et projets en matière de système d’information, une contribution aux applications réalisables ou encore de développement...
En matière de la politique de formation, le projet de jumelage apportera une aide à la mise en place de programmes de formation ainsi que la réalisation d’un programme en 2006-2007 touchant l’ensemble des agents du système de la concurrence tunisien, et la formation de 14 formateurs incluant le recours aux nouvelles technologies et à la formation en ligne.
Le projet de jumelage permettra également de renforcer la culture de la concurrence en Tunisie, avec un appui au développement des compétences tunisiennes, notamment par une participation à la conception des supports de communication et sites web des deux institutions de la concurrence et par la contribution à l’animation de six actions de promotion.
Il apportera en outre, une aide à la mise en place d’un système de gestion du temps et des activités et à la création d’un dispositif d’analyse de l’impact des réglementations.
Le lancement de ce nouveau projet de jumelage a été une occasion pour débattre sur le sujet de la concurrence et le développement, dans le cadre d’un séminaire, organisé,hier et aujourd’hui, par le ministère du Commerce et de l’Artisanat avec le concours de la Commission de la Délégation européenne.
En marge de l’ouverture des travaux de ce séminaire, M. Mondher Zenaïdi, ministre du Commerce et de l’Artisanat, a rappelé les efforts énormes déployés par la Tunisie dans le domaine de la politique de concurrence, qui est dotée d’une attention particulière de la part du Président de la République.
M. Zenaïdi a précisé que la politique de concurrence adoptée en Tunisie, œuvre à l’accélération de la croissance, la réussite de l’intégration économique et l’amélioration du bien-être du consommateur tunisien.
Et d’ajouter que la stratégie tunisienne en matière de promotion de la concurrence est une œuvre continue ralliant le pragmatisme, la progressivité et l’ouverture sur les expériences étrangères tout en opérant les arbitrages nécessaires avec les autres instruments de la politique économique pour tenir compte des spécificités nationales et des impératifs de développement.
Le ministre a rappelé, en outre,les mesures et réformes décidées depuis quelques années, pour parfaire le cadre juridique tunisien en vue de l’adapter aux réalités économiques à l’échelle nationale et internationale.
M. Zenaïdi a espéré que ce programme de jumelage en cours puisse apporter le soutien nécessaire en matière de renforcement des capacités concurrentielles tunisiennes et répondre aux priorités des autorités concernées avec la souplesse voulue.

Mohamed ZGHAL




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com