Irak: Des dizaines de morts après l’annonce d’une conférence de réconciliation





Le Quotidien-Agences
Au lendemain de l'annonce de la tenue d'une conférence de réconciliation nationale, les violences se sont poursuivies à travers l'Irak, où plus vigntaine de personnes ont été tuées hier.
Quinze personnes ont été tuées et 54 blessées à Bagdad, dans une attaque au mortier visant le marché al-Mida, qui a déjà fait l'objet de nombreux attaques. Ce marché est situé dans le quartier de Rusafa (centre), sur la rive est du Tigre, où habitent à la fois des sunnites et des chiîes.
Dans le quartier chiîte déshérité de Sadr city (nord-ouest de Bagdad), quatre Irakiens ont été tués et douze blessés dans un attentat-suicide à l'intérieur d'un bus.
Mardi, au moins 44 Irakiens avaient été tués dans une vague d'attaques à Bagdad visant tout particulièrement la communauté chiîte.
Dans l'ouest de Bagdad, le général Amid Mouhsan Qasim, responsable de la sécurité au ministère de l'Enseignement supérieur, a été hier la cible d'une tentative d'assassinat au cours de laquelle son chauffeur a été tué, dans le quartier sunnite de Mansour.
Un bâtiment de ce ministère avait été le théâtre d'un spectaculaire enlèvement collectif le 14 novembre, dans lequel plus de 150 personnes avaient été enlevées par des hommes en uniforme. Une partie d'entre elles n'ont pas été retrouvées, selon le ministre de l'Enseignement supérieur.
Au sud de la capitale, une bombe artisanale a explosé hier près d'un arrêt de bus à Iskanderiyah, tuant quatre personnes, selon la police.
Ces nouvelles violences surviennent au lendemain de l'annonce par le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki de la tenue d'une conférence de réconciliation nationale.

Maliki s'implique
"Nous allons tenir ce mois-ci une conférence de réconciliation nationale avec tous les partis politiques et autres entités. Tous les partis, qu'ils soient au gouvernement ou non, participeront à cette conférence", avait-t-il affirmé.
"Nous allons nous mettre d'accord pour rédiger une charte d'honneur pour en terminer avec l'effusion de sang des Irakiens et les conflits confessionnels", a dit Maliki. Il a précisé qu'il allait également "envoyer des délégations dans les pays voisins" pour organiser une "conférence régionale pour combattre le terrorisme".




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com