Départ du 1er contingent de pèlerins : Des pleurs, des émotions et une organisation sans faille





Deux cent quarante sept pèlerins ont pris hier le premier vol à destination des Lieux Saints en Arabie Saoudite. Ce premier départ coïncide avec la mise en service du nouvel aéroport réservé exclusivement aux pèlerins. Reportage.

Tunis-Le Quotidien
Des « you you » retentissent, sur fond de chants liturgiques dans le vaste espace du nouvel aéroport destiné exclusivement aux pèlerins. Une foule immense est venue hier saluer les quelque 247 premiers pèlerins qui figurent sur la liste du départ. Plusieurs accompagnateurs mais aussi de futurs « hajs » n’ont pu s’empêcher de retenir les larmes de joie pour cette circonstance notable et déterminante dans la vie du musulman. Le service d’ordre est parfois débordé en essayant d’encadrer les innombrables accompagnateurs qui tentent vainement de passer au-delà de l’espace réservé.
Le nouvel aéroport inauguré récemment par le Chef de l’Etat offre toutes les commodités pour un agréable voyage des pèlerins. Tout y est : des comptoirs d’enregistrement semblables à ceux de l’aéroport international de Tunis-Carthage, des points de contrôle douaniers et de police, des succursales de banques, des espaces commerciaux et même un « duty free » où, hormis l’alcool, plusieurs marques de tabac, de chocolats et de confiseries sont exposées.
Pour ce premier départ, les officiels ont tenu à rehausser de leur présence le déroulement de cette journée.
Ainsi les ministres des Affaires religieuses et du transport accompagnés par le gouverneur de Tunis et de plusieurs hauts cadres des deux ministères dont le PDG de Tunisair, M. Youssef Néji, et le PDG de l’OACA, M. Nabil Chettaoui, ont effectué une visite qui a duré plus d’une heure pour constater de visu les services offerts aux premiers pèlerins. Les hauts responsables ont suivi tout le circuit effectué par les voyageurs qui les a menés jusqu’à la salle d’embarquement.
L’émotion des pèlerins ne pouvait passer inaperçue. Vêtues de blanc selon les exigences du rite, les pèlerins sans exception portaient des colliers métalliques d’identification très utiles en cas de besoin.
Mme Khadija Ben Achour, de Tébourba, effectue pour la première fois le pèlerinage. Elle a présenté trois fois sa candidature en vain. Ce n’est qu’au bout de la quatrième fois que son dossier a abouti. « Je ne sais comment exprimer mes sentiments. Je suis très contente» dit-elle. Madame Faïza Zine accomplit également pour la première fois le rite du « Hajj ». « Je ressens une joie indescriptible. J’espère accomplir mon devoir religieux dans les meilleures conditions », dit-elle.
Parmi le corps médical du groupe, nous avons noté la présence de M. Zouheir Hachem chef du service de psychiatrie de l’hôpital Razi. La présence de cette spécialité médicale est-elle indispensable pour la circonstance ? M. Hachem explique : « Il est important d’encadrer des gens qui parfois ne peuvent pas supporter le dépaysement et la dépersonnalisation. Certains ont carrément peur. Ils ont peur de rater l’accomplissement d’un rituel et risquent de tomber malades psychologiquement. Ces maladies peuvent se manifester par des états dépressifs et anxieux. Ils ont besoin d’être rassurés et encadrés », dit-il.
Comme nous l’avons écrit plus haut, toutes les mesures ont été prises pour assurer un bon déroulement de ce premier départ. « Si nous constatons des lacunes, nous ne manquerons pas d’y remédier », affirme le PDG de l’OACA, M. Nabil Chettaoui.

Lotfi TOUATI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com