Abus de confiance et détournement de fonds : Deux gérants condamnés à deux ans de prison





Le tribunal de première instance de Tunis a examiné récemment une affaire dont les protagonistes sont un homme et une femme accusés d’avoir utilisé leurs pouvoirs pour mettre en faillite l’entreprise qu’ils géraient ensemble. Ils ont été condamnés à deux ans de prison chacun assortis d’une amende de cent cinquante mille dinars...

Tunis — Le Quotidien
Les faits de cette affaire remontent au mois de mars de l’an 2005. Une plainte a été déposée à cet effet par un directeur général d’une grande entreprise de la place dans laquelle il fait état de plusieurs dépassements commis par les deux responsables directs de la société.
Le préjudice qui porte sur trois cent mille dinars est en réalité plus grave. C’est que, selon le plaignant, les deux suspects qui occupent respectivement les postes de directeur général adjoint et de directrice du service financier avaient monté tout un plan pour mettre l’entreprise en faillite et la vider par la même occasion de ses compétences.
Conjointement, les deux suspects ont lancé leur propre affaire en s’appuyant sur l’argent détourné et surtout en recrutant le personnel licencié par la première entreprise.
Une enquête a été alors ouverte. Les deux suspects ont été convoqués et interrogés. Bien évidemment, ils ont donné une autre version des faits déclarant qu’ils ont lancé leur propre projet en comptant sur leurs propres moyens avant d’ajouter qu’en aucun cas ils n’ont utilisé les fonds de l’entreprise et encore moins obligé le personnel à démissionner pour le réembaucher.
Néanmoins, le plaignant a, entre temps, chargé un expert d’évaluer les pertes de son entreprise. Dans son rapport, l’expert a relevé plusieurs abus et dépassements commis par les deux suspects. Il a estimé le préjudice à trois cent mille dinars.
Du coup, la justice a désigné un expert indépendant qui a confirmé le constat de son collègue.
Ainsi, les deux gérants de l’entreprise ont été inculpés d’abus de pouvoir et de détournement de fonds.
Traduits récemment devant la justice, les deux accusés ont continué à nier les faits. N’empêche qu’après les délibérations, la cour les a condamné à deux ans de prison chacun assortis d’une amende de cent cinquante mille dinars.

H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com