Tunis : Elle trompe son mari et ose l’avouer





Une petite phrase balancée par le standardiste dans les oreilles de cet homme qui appelait pour pouvoir rejoindre l’une des employées de l'entreprise a déclenché une véritable tempête. Dans la foulée, une famille entière s’est effritée avec en sus une mère paralysée à vie...

Tunis - Le Quotidien
Il ne lui restait que quelques minutes à passer au bureau. Alors comme à l’accoutumée, il a composé le numéro de son épouse pour savoir si elle a terminé son travail afin de passer la prendre comme tous les jours.
Ce jour-là, le standardiste n’avait qu’une seule idée en tête à savoir se venger de cette secrétaire qui a failli être à l’origine de son licenciement.
Après avoir en effet garé sa voiture, la jeune dame avait beaucoup patienté devant la porte de l’entreprise. D’habitude, c’est le standardiste qui lui ouvrait la porte d’entrée. Mais ce matin-là il était occupé et donc, il a mis du temps avant de lui permettre d’accéder à l’intérieur de l’entreprise.
Les nerfs de la secrétaire ont lâché et elle s’en est allée jusqu’à manquer de respect à son collègue lui adressant au passage des propos injurieux. Alors pour se défendre, le standardiste a répliqué en insultant la jeune dame qui est allée se plaindre auprès de son patron. Vu, les rapports privilégiés entre la secrétaire et son supérieur, ce dernier n’a pas hésité à adresser un questionnaire au standardiste le menaçant au passage de licenciement.
Menacé dans son gagne-pain, l’agent avait toutes les raisons du monde d’en vouloir à la secrétaire. Alors, lorsqu’il a reçu l’appel de son mari, il n’a pas reconnu sa voix. Tout juste, le nom de la secrétaire tombé dans ses oreilles, il provoqua une réaction des plus violentes. Le standardiste lança ainsi la phrase la plus dangereuse qualifiant sa collègue de prostituée et informant l’époux qu’elle est injoignable vue qu’elle était occupée par son patron dans une tâche très... très intime...
N’en croyant pas ses oreilles, le mari n’a pu s’empêcher de prendre au sérieux l’affaire. D’ailleurs, ce jour-là il n’est pas allé la chercher comme d’habitude. Pis encore, il est allé noyer son chagrin dans quelques verres... Il ne rentra ainsi que tard dans la nuit. Il garda toutefois le silence et préféra ne pas évoquer le sujet avec sa femme.
Pendant plus d’un mois, il dormit au salon. Peu à peu il éveilla les soupçons de son épouse qui, à bout, est venue lui demander les raisons de ce changement.
Il fallait ainsi, mettre fin à ce suspense. L’époux est passé alors à l’action en informant sa femme de ce que le standardiste lui avait dit.
Certes, la surprise était grande, mais l’épouse se trouvant devant le fait accompli, a préféré soulager son mari en lui disant la vérité.
Sans mesurer la gravité de ses aveux, l’épouse a informe son mari de sa liaison avec son patron pour réparer son tort, la jeune dame avait proposé à son époux de divorcer.
A cet instant-là, il fallait vraiment avoir des nerfs d’acier pour pouvoir supporter de telles informations. Ce ne fut pas le cas, malheureusement, puisque l’époux a perdu son self-contrôle se déchaînant et assénant coup sur coup à sa femme qui fut blessée grièvement.
Transportée à l’hôpital, la victime subit plusieurs opérations chirurgicales. N’empêche qu’elle s’en est «sortie» avec une incapacité physique estimée à vingt-cinq pour cent.
C’était largement suffisant pour inculper le mari d’agression aggravée. Il fut écroué en attendant d’être traduit devant la justice.

Habib MISSAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com