Réforme de l’assurance-maladie : La grogne des médecins spécialistes libéraux





Tunis-Le Quotidien
Réunie samedi dernier à Tunis, la commission administrative du Syndicat Tunisien des Médecins Spécialistes Libéraux (STMSL) a mis en garde contre le risque de baisse du niveau de la médecine tunisienne sous l’effet de certains choix retenus dans le cadre du nouveau régime d’assurance-maladie. Le syndicat a également appelé, dans un communiqué publié hier, toutes les parties concernées à poursuivre les négociations sur la convention sectorielle régissant les rapports entre les médecins libéraux et la Caisse Nationale d’Assurance-Maladie sans exclusion, ni marginalisation des organisations syndicales représentatives des prestataires de soins.
Le communiqué indique, d’autre part, que l’accord sur la convention sectorielle a été obtenu sans la participation du STMSL (ndlr : le Syndicat Tunisien des Médecins Libéraux a été linterlocuteur de la CNAM) alors que les médecins spécialistes libéraux représentent 54% des médecins de libre pratique et assurent 80% de l’enveloppe des soins dans le secteur privé et 100% de celle du tourisme médical.
Le STMSL, qui a été créé en janvier 2006 par des cadres syndicaux mécontents du Syndicat Tunisien des Médecins Libéraux, estime, dans ce même contexte, que les modalités d’application du nouveau régime d’assurance-maladie sont en contradiction avec 24 articles du code de la déontologie médicale d’autant qu’elles privent le citoyen cotisant de son droit d’être pris en charge et remboursé quelle que soit sa maladie et de son libre choix de ses médecins traitants qu’ils soient généralistes ou spécialistes, conventionnés ou non avec la CNAM.

W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com