Congrès de l’UGTT : Le secrétaire général sortant peaufine sa liste consensuelle





Tunis-Le Quotidien
A quatre jours du 21ème congrès de l’UGTT, les tractations laborieuses, les marchandages et les manœuvres ayant pour toile de fond la constitution des listes qui entreront en compétition pour les treize sièges du Bureau exécutif, reprennent de plus belle. Le secrétaire général sortant de l’organisation ouvrière, Abdessalem Jrad, s’efforce encore de constituer une liste “équilibrée” qui prend, comme le veut une tradition bien ancrée à la Place Mohamed Ali, les différentes variables déterminantes sur le plan électoral: les régions, les secteurs et les sensibilités qui traversent la centrale syndicale. Et c’est pour cette raison d’ailleurs que les “réunions informelles” regroupant la majorité des membres du Bureau exécutif sortant se multiplient. La dernière en date s’est tenue dans la soirée du vendredi à samedi à Tunis. Jrad s’est de nouveau attaché, à cette occasion, à ce que sa liste se compose de tous les membres du Bureau exécutif sortant à l’exception de Néji Messaoud qui n’a pas renouvelé sa candidature et de Abdennour Meddahi. Ce membre élu sur la liste menée par Ali Romdhane lors du congrès extraordinaire de Djerba est, selon toute vraisemblance devenu persona non grata. Son “exclusion” n’a pas, de fait, caressé son ancien compagnon de route dans le sens du poil. Le secrétaire général adjoint chargé de la législation et des conflits a en effet formulé quelques “réserves” à ce sujet.
Revenu au devant de la scène lors du Congrès de Djerba après une longue traversée du désert, ce syndicaliste qui se réclame tout comme Jrad de la tendance “achourienne” cache encore son jeu. Va-t-il figurer sur la liste du secrétaire général ou mener une liste qui entrera en compétition avec celle “officielle”? Mystère.
Beaucoup d’observateurs estiment que l’initiateur de “la plate-forme syndicale pour la réhabilitation de l’UGTT” lors du congrès extraordinaire de Djerba pourrait mener une liste composée de ses anciens compagnons de route comme Kamel Saâd, Abdennour Meddahi, Abdelmajid Sahraoui et de certaines figures de la gauche syndicale comme Moncef Ben Romdhane Abdessattar Mansour et Belgacem Ayari avant de chercher un “compromis” avec le secrétaire général. Toujours est-il que Romdhane va certainement revendiquer un taux de renouvellement relativement important du Bureau exécutif par souci d’assurer la continuité à l’horizon 2011. D’autant plus que la commission administrative nationale de l’organisation ouvrière a décidé, le 25 novembre dernier de limiter le nombre des mandats des membres du Bureau exécutif à deux seulement. Autant dire que tous les membres du Bureau sortant ne pourront pas briguer un autre mandat lors du 22ème congrès.
Une troisième liste regroupant des secrétaires généraux de certaines unions régionales et des figures appartenant à de sensibilités de gauche ou d’obédience nationaliste-arabe pourrait être constituée par Habib Besbès, ancien secrétaire général de l’Union syndicale des Travailleurs du Maghreb Arabe. Quoi qu’il en soit, les observateurs avertis estiment que les cartes demeurent encore brouillées. Une chose est cependant sûre: les tractations de dernière minute seront déterminantes.

Walid KHEFIFI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com