Pilotes de l’air : Un métier dans une zone de fortes turbulences





A l’échelle mondiale, les statistiques montrent que le facteur humain est à l’origine de plus de 55% des accidents dans le transport civil aérien. Pour être commandant de l’air, on doit apprendre à résister aux décalages horaires et aux changements brusques de température, mais aussi éviter les conflits conjugaux et prévenir les troubles de santé. Un petit rhume risque en fait d’empêcher le pilote de maintenir le cap de l’appareil dans une bonne trajectoire et assurer par conséquent la sécurité des voyageurs.

Tunis - Le Quotidien
A l’occasion de la Journée mondiale de l’aéronautique civile, le Conseil médical de l’Aéronautique civile a organisé, hier, un séminaire autour du thème «La médecine aéronautique et la sécurité du transport aérien». De nombreux spécialistes ainsi que des professionnels tunisiens et étrangers de l’aviation, des commandants de bord, des pilotes de ligne et des élèves pilotes, ont pris part à cette rencontre. Une rencontre qui a, entre autres, permis de donner un éclairage méconnu du public et des non initiés, sur le dur métier de pilotage des avions.
Le métier de pilote nécessite en fait une hygiène de vie tout à fait particulière. «La vie d’un pilote doit fonctionner comme une montre suisse», indique Souheil Dallel, commandant de bord à TUNISAIR. La médecine aéronautique répond en fait à un nombre de réglementations traitant des conditions physiques et mentales auxquelles le pilote doit systématiquement obéir pour obtenir sa licence professionnelle.
«Nos sommes soumis à de multiples contraintes lorsqu’on est dans la cabine de pilotage », souligne notre interlocuteur. Et de préciser que pour résister aux différentes contraintes dans l’air, le pilote est appelé à suivre à la lettre un régime et une hygiène de vie quotidienne définie par la profession. «Durant les heures de vol, nous sommes en permanence soumis à plusieurs sortes de contraintes tels les décalages horaires et les vibrations. Cela impose un régime de vie draconien», dit-il.
Entre le décollage et l’atterrissage le pilote et son équipage sont les principaux responsables de la sécurité de l’appareil et de ses passagers. Pour réussir cette mission, l’équipage est soumis en fait à des contrôles médicaux périodiques tous les ans qui deviennent semestriels après l’âge de 40 ans.
Notre interlocuteur affirme que le pilotage d’un avion est une opération qui peut être mise en jeu si le commandant de bord n’entretient pas comme il faut son régime de vie quotidien. «Un simple malaise psychique ou physique peut entraver et mettre en jeu son aptitude à assurer le vol en toute sécurité. Un petit rhume est en effet une raison tout à fait convaincante pour qu’un pilote téléphone et avise ses responsables qu’il ne peut pas voler», fait-il remarquer.
Chapitre régime alimentaire, il y a même une liste de plats interdits aux professionnels de l’aviation. «Lorsqu’on a un décollage, on doit éviter les pâtes, les plats trop épicés, les boissons gazeuses et même le chewing-gum qui risque de déclencher une diarrhée pouvant perturber la concentration», indique le pilote.
Il faut souligner par ailleurs que pour l’équipage de TUNISAIR, le problème du décalage horaire ne se pose pas d’une façon très aiguë. «Nos subissons généralement de légers décalages qui ne dépassent pas les 3 à 4 heures. Ce qui ne pose pas de grands problèmes», précise M. Dallel.
M. Halim Bouallègue, lui aussi commandant de bord à TUNISAIR, explique que plus de 55% des accidents aériens survenus dans le monde sont imputés à l’équipage c'est-à-dire à l’homme. «Nous sommes tous des êtres humains. Le Bon Dieu nous a créés pour marcher sur terre mais nous avons pris le risque de voler», indique t-il. Et d’ajouter que «le problème c’est que pour un pilote, voler est son gagne-pain. Le stress et la fatigue du quotidien s’ajoutent aux exigences du métier pour se transformer en un lourd fardeau risquant d’affecter son aptitude à assurer le vol».
Notre interlocuteur estime que les conflits conjugaux peuvent figurer parmi les facteurs de risque dans le métier de pilote.

Hassen GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com