Ben Arous Le calvaire d’une secrétaire esclave de son patron





C’est un véritable calvaire qu’a vécu cette jeune dame durant ces quatre dernières années. Le hasard a voulu, en effet, qu’elle tombe entre les mains d’un patron obsédé, possessif, et de sucroît manipulateur au premier degré. La jeune dame avait justement à assouvir à raison de quatre fois par jour, les désirs de son bourreau qui ne supportant plus la concurrence, obligea la victime à divorcer...

Tunis - Le Quotidien
La première fois où elle s’était présentée pour déposer une demande d’embauche, elle s’est trouvée devant un homme qui donnait l’impression d’être un messie. Avec un visage rassurant et un sourire ravageur, son futur patron avait d’emblée, remarqué que la jeune dame était prête à faire toutes les concessions pourvu qu’elle décroche ce poste de secrétaire de direction.
Du coup, l’employeur a décidé de fermer les yeux sur les compétences professionnelles s’intéressant plutôt au potentiel physique de la jeune recrue. Il faut dire que notre patron n’avait pas besoin d’une loupe pour aller chercher dans ce visage et ce corps le charme de la jeune dame.
Elle avait en effet, tout pour plaire et même pour mettre de l’eau aux bouches les plus desséchées. La nature l’a dotée d’une beauté foudroyante mise en évidence par un goût très raffiné tant au niveau vestimentaire qu’au niveau du maquillage.Ces atouts naturels étaient suffisants pour convaincre son futur employeur de la recruter.
Ce jour-là, son bonheur était total. Sa joie était telle qu’elle est rentrée directement annoncer la bonne nouvelle à son mari. Du coup, le jeune couple s’est mis à rêver. Avec en effet deux salaires, ils peuvent désormais réaliser leurs rêves et rompre définitivement avec les fins de mois difficiles.
Le lendemain, la jeune secrétaire avait mis ses plus beaux habits avant de se rendre à son travail où quatre longues années de torture l’attendaient. Bien évidemment, les deux premiers jours sont passés sans que la jeune recrue ne remarque rien d’anormal ni au niveau du comportement de son patron, ni au niveau de ses gestes et de ses manières.
Seulement, au troisième jour, la jeune dame a été invitée par son employeur à découvrir le lieu de son travail. Coup de théâtre, en pénétrant à l’intérieur du bureau, de son employeur, la jeune secrétaire avait remarqué que l’ambiance était étrange et assez bizarre pour ne pas éveiller ses soupçons.
D’ailleurs, en jetant un coup d’œil sur le côté gauche de ce vaste bureau, elle a constaté la présence d’une grande et luxueuse salle de bains avec plusieurs peignoirs suspendus le long des murs.
Deuxième coup de théâtre, alors qu’elle tentait de comprendre les raisons d’un tel décor, elle avait ressenti la main de son patron se glisser au niveau de son coup ne lui laissant aucune chance pour se dégager.
Dans la foulée, l’autre main de son employeur s’est emparée de sa taille et d’un geste très habile, elle fut tournée et se trouva collée au buste de son patron qui ne rata pas l’occasion pour rapprocher ses lèvres des siennes et imprimer sur sa bouche un long baiser.
La surprise était tellement grande qu’elle n’a pas pu réaliser ce qui s’est passé. Pis encore elle s’est laissée faire encourageant son patron à s’adonner à des attouchements plus intimes.
A croire ses déclarations faites devant les enquêteurs, la jeune dame avait pensé qu’à un moment son patron l’a ensorcelée au point de s’évanouir et perdre connaissance.
Lorsqu’elle s’est réveillée, elle avait découvert qu’elle venait de trahir son mari. Une prise de conscience qui n’allait malheureusement durer qu’un petit moment. C’est qu’après ce premier incident, la jeune secrétaire s’est trouvée une deuxième fois dans la même situation. Mais cette fois-ci, son patron allait user de tout son savoir-faire pour convaincre la jeune dame à venir le rejoindre dans la salle de bains.
Ce fut l’occasion pour lui promettre monts et merveilles. Il profita au passage de son besoin d'argent pour lui avancer des sommes de plus en plus importantes au point de l’endetter jusqu’au cou.
Alors, pour lui rendre l’ascenseur, elle s’est transformée en une véritable esclave prête à satisfaire les désirs les plus fous de son patron. Ce dernier sur sa lancée n’a pas raté l’occasion obligeant sa secrétaire à se donner à lui à raison de quatre fois par jour. Et lorsqu’elle affichait une certaine opposition, il fait recours à son sens aigu de la manipulation pour la rapetisser davantage.
Ce calvaire allait durer quatre longues années entrecoupées par trois tentatives de suicide et un divorce.
Il fallait tout de même mettre fin à ce drame. C’est ainsi que la jeune dame est allée raconter son calvaire à un psychiatre qui n’a pas hésité à alerter les autorités qui ont ouvert une enquête.

H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com