Formation des infirmières : Les spécialistes au chevet de la profession





La demande des services de soin qui s’est accrue conséquemment à la multiplication des risques épidémiologiques, pose de nouvelles exigences en matière de la formation du personnel soignant, principalement le corps d’infirmiers et aide infirmiers.

Tunis - Le Quotidien
Les orientations futures de la formation des infirmières visent en effet à valoriser la discipline qui est appelée à actualiser ses connaissances et valoriser son image.
Le Ministère de la Santé Publique a mis en place un programme stratégique pour moderniser la formation dans le domaine de l’infirmerie. Les réformes seront mises en œuvre à travers un projet de coopération avec l’Organisation Mondiale de la Santé via son bureau régional pour la Méditerranée de l’Est.
Dans ce sens, un atelier de travail qui doit durer trois jours, a démarré ses travaux hier à Tunis consacré à la présentation des nouvelles orientations dans le domaine de la formation des infirmières et des sages femmes.
Docteur Ibrahim Abderrahim, représentant de l’OMS en Tunisie, a rappelé à cet effet que la stratégie nationale cadre pour la modernisation de l’infirmerie et de la spécialité de sage-femme en Tunisie a été mise sur pied depuis septembre 2005. «Le développement de la formation des infirmières et des sage-femmes nécessite le renforcement de la coopération et du partenariat stratégique entre les établissements de la formation et les institutions hospitalières», souligne t-il.
Dr Friba Drazi, consultante régionale dans le domaine de l’infirmerie et des métiers de soins d’assistance à l’OMS précise que «les infirmières et aide infirmières dans la région de la Méditerranée de l’Est représentent entre 50 et 90% de l’équipe gravitant autour des patients dans les milieux médicaux.» La spécialiste souligne en revanche que cette profession fait face à plusieurs contraintes socio-professionnelles. «On constate dans la plupart des cas une certaine incompatibilité des salaires avec les tâches attribuées aux infirmières. Il faut soigner également l’image stéréotypée qu’on se fait de ces professionnelles ainsi que les conditions de travail et les rapports au sein de l’équipe de soins qui influent sur la qualité des prestations», a-t-elle noté.
Les nouvelles orientations dans la formation des infirmières intègrent en effet les exigences de valoriser les performances et les aptitudes professionnelles de ce corps de métier. «L’objectif est de former des professionnelles capables d’actualiser leurs connaissances pour mieux répondre à des besoins de soins en perpétuelle évolution», souligne par ailleurs, Dr Claire Zablit, doyenne de l’Université d’infirmerie de Beyrouth. La conférencière estime que le patient est aujourd’hui de plus en plus exigeant. «Il devient plus facile de perdre la confiance d’un patient lorsqu’on ne reflète pas le respect et la responsabilité», affirme-t-elle.

H. GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com