Artisanat japonais : Beppu, le paradis perdu du Nihon





Malgré la rude et féroce concurrence des produits chinois, les Japonais n’ont pas baissé les bras. Le centre de formation professionnelle de Beppu fait face à cette menace et tente de sauver l’artisanat national en misant notamment sur le bambou.

* De notre envoyée spéciale au Japon : Imen Abderrahmani

Réputé pour son artisanat de grande qualité artistique, le Japon est, aujourd’hui, conscient des grands enjeux auxquels est confronté ce secteur après l’invasion du marché japonais par les produits chinois. Les responsables du pays du Soleil Levant ont dû réagir rapidement pour sauver la situation, misant notamment sur le bambou, cette plante solide et flexible à la fois. Très loin de Tokyo, et précisément au sud, du côté de la préfecture d’Oita, Beppu séduit ses visiteurs par sa végétation luxuriante et sa magnifique station thermale qui ont fait d’elle l’une des destinations les plus courues par les touristes étrangers, qui viennent s’y ressourcer physiquement et psychologiquement.
Irrésistible, Beppu semble résumer les changements des saisons et la cohabitation heureuse entre l’homme et la nature. C’est dans cet impressionnant cadre qui défit les célèbres aquarelles de Paul Klee, Horace Vernet, Albrecht Düner, que le Centre de Formation Professionnelle a vu le jour. «Cet établissement est ouvert pour les artistes professionnels qui veulent développer leur savoir-faire artistique et nourrir leur vision. Nous accueillons, chaque année, une vingtaine d’artisans sélectionnés avec minutie après l’étude des candidatures et ce pour une formation d’une année», nous explique le directeur de ce centre sur un ton fier. Et il y’a de quoi ! La ville de Beppu est la première ville dans la production de l’artisanat à base de bambou dont on dénombre plus de 600 espèces. «Plus de 300 centres de formation existent déjà au Japon, offrant aux artisans nippons la chance de développer leur doigté, de ravitailler leur passion et surtout de conserver cet héritage culturel mais nous sommes le seul centre professionnel, spécialisé dans le bambou», précise notre interlocuteur. Et d’ajouter : «Nous avons des procédures fermes pour faire de ces artisans des vrais artistes». Dans la salle de formation, les futurs artistes s’investissent, corps et âme, dans la confection de quelques objets à base de bambou qui seront par la suite exposés soit dans la galerie ou vendus comme souvenirs pour tous les passionnés de l’artisanat japonais. «On utilise plusieurs variétés de bambou mais notre travail repose de plus en plus sur le «Madake» qui donne aux artisans plus de liberté dans la confection des objets destinés à l‘exposition ou à la vente. Les recettes des ventes nous permettront de fournir aux artisans le matériel nécessaire», précise ce responsable, lors de cette balade qui nous a permis de découvrir les coins et les recoins de ce centre perché entre ces féeriques sources d’eau thermale et ces stations traditionnelles construites en bambou, utilisé pour régler et réserver la température de l’eau. Avec un programme de formation reposant sur 20% d’études théoriques et 80% d’exercices, les artisans ou plutôt les artistes japonais ont acquis une grande notoriété «même si un bon nombre d’entre eux ont choisi de faire un autre métier, en parallèle, pour pouvoir gagner leur vie» précise le responsable de ce centre de formation de Beppu. «Actuellement, il y’a la concurrence des produits provenant de la Chine et des Philippines et on essaie avec tous nos moyens d’y faire face. Nous produisons essentiellement pour le marché japonais et nous sommes en train d’étudier les marchés européen et américain pour l’exportation de nos produits», explique-t-il avec enthousiasme. Marquant la réconciliation entre l’homme et la nature, Beppu offre à ses visiteurs la chance de se plonger dans une ambiance naturelle où la pureté et le bonheur sont les deux mots clefs. Grâce à ses sublimes jardins, ses eaux émergeant de plusieurs sources et dessinant avec ces douces fumées des jolis tableaux dans le ciel bleu, Beppu mérite sa bonne réputation et exploite à bon escient ses dons de la nature !




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com