Mobilisation des ressources hydrauliques : Le «PISEAU 2» entre en action…





Les bailleurs de fonds mondiaux et les stratèges du domaine agricole national se sont penchés hier à Tunis sur l’examen des résultats réalisés lors de la première phase du Projet d’Investissement dans le Secteur de l’Eau (PISEAU) qui a débuté en 2001. C’était une journée de réflexion pour définir les orientations du PISEAU 2 appelé à faire face à de multiples défis dont notamment raréfaction des ressources conventionnelles.

Tunis-Le Quotidien
Le Projet d’Investissement dans le Secteur de l’Eau (PISEAU) qui a démarré en 2001 visait en fait la mise en œuvre d’une politique nationale de gestion des ressources hydrauliques dans le cadre d’une stratégie intégrale consacrée au domaine agricole. Cette stratégie met en avant les priorités dans le domaine de la valorisation du potentiel des ressources hydrauliques du pays et le développement des investissements dans l’exploitation des eaux non conventionnelles.
C’est au sein de ce processus en fait qu’a été lancée la première phase du projet PISEAU1 en 2001. Cette phase s’est articulée en effet, autour de trois principaux axes stratégiques. Il s’agit d’élaborer un plan de gestion participative de la demande en eau dans l’agriculture, de développer la gestion intégrée de la ressource en eau et la conservation des ressources et la protection de l’environnement.
«Le PISEAU 1 stipulait que l’exploitation des eaux profondes doit se faire à travers une étude se basant sur la gestion de la demande des consommateurs en fonction des ressources existantes dans la nappe, c'est-à-dire que la gestion est devenue participante », nous a expliqué le directeur général du financement et d’investissement au Ministère de l’Agriculture et des Ressources Hydrauliques en marge de cette journée organisée hier dans un hôtel de Tunis.
M. Mounir Boumessouer, chef de cabinet du ministre de l’Agriculture et des Ressources Hydrauliques a indiqué par ailleurs que le PISEAU consiste à élaborer les stratégies appropriées pour que notre politique de gestion des ressources en eau nous permette de mettre le domaine agricole à l’abri des multiples aléas climato-environnementaux.
Il faut préciser que l’exécution du premier plan quinquennal du PISEAU a englobé cinq grandes composantes en l’occurrence, la gestion de l’irrigation, la gestion des eaux souterraines, la conservation et la protection de l’environnement, la conservation de l’eau potable rurale et enfin le renforcement des institutions et des capacités. Un montant global d’environ 328 Millions de Dinars (MD) a été débloqué par la Banque Mondiale (BM), l’Agence Française de Développement (AFD) et l’Agence Allemande de Développement (KFW). « L’importance du projet et les résultats très fiables qu’il a permis de réaliser lors de sa première étape a incité la Banque Africaine de Développement à nous proposer sa participation pour ce qui est du financement du PISEAU 2 qui doit démarrer à partir de 2008 », a déclaré le responsable du ministère.
Les orientations que devrait prendre le PISEAU 2 lors de son exécution au cours des cinq prochaines années, vont s’articuler sur quatre thèmes complémentaires à savoir la valorisation des ressources, la protection de la nappe, la promotion de la qualité des ressources et de l’environnement et le développement de l’exploitation des eaux non conventionnelles à travers la multiplication des projets de dessalement de l’eau de mer et du traitement des eaux usées . Le programme s’inscrit en fait dans le cadre des orientations du 11ème Plan de Développement qui accorde une importance particulière à la question de la mobilisation et de la protection des ressources en eau. L’objectif assigné dans ce plan consiste à réaliser un taux de mobilisation des ressources à hauteur de 95% d’ici 2011.

H.G.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com