Pont La Goulette-Radès : Une aventure sur des câbles nippons





Le pont et l’échangeur La Goulette-Radès est l’un des grands projets sur l’agenda de la célèbre société japonaise Taisei Corporation. Lors d’une rencontre au siège de cette entreprise à Tokyo, les responsables nippons ont brossé au “Quotidien” l’état des lieux de ce projet.

* De notre envoyée spéciale au Japon: Imen Abderrahmani

Tokyo- Le Quotidien :
Dans un building chic situé dans la banlieue de Tokyo et plus précisément à Shinjuku, le siège de Taisei Corporation attire l’attention des visiteurs, reflétant l’intérêt qu’accordent les responsables de cette grande société à leur image de marque. Menant des projets un peu partout dans le monde, les ingénieurs japonais ont réussi à faire tourner les têtes des grands décideurs à l’intérieur et à l’extérieur de l’Archipel. Des travaux d’ingénierie civile au Pakistan, à Taiwan, en Indonésie, au Népal, au Pérou, à Hong-Kong, aux U.S.A, en Bulgarie, à Oman, en Arabie- Saoudite… en Turquie et en Algérie, la Taisei Corporation a envahi le monde avec ses ponts suspendus et autres extrados.«Parmi les grands projets qui sont actuellement sur notre calendrier, figure le pont reliant la Goulette et Radès. Nous comptons beaucoup sur ce projet pour consolider de plus en plus notre coopération avec le gouvernement tunisien» nous a expliqué M. Kenzo Sekiwa, le directeur du département du génie civil de cette entreprise. Un avis partagé par le directeur de la section du design des ponts, M. Megumu Ishikiwa qui a saisi cette occasion pour noter l’intérêt particulier que porte la direction de Taisei Corporation à ces projets dans la région du Maghreb. Directeur du projet du pont Radés- La Goulette, M. Shinichi Tasaki - qui a choisi d’être à cheval entre la Tunisie et le Japon pour faire le suivi destravaux de près - note pour sa part l’importance de ce projet pour la décongestion de l’hyper centre de Tunis. Premier en son genre en Tunisie, ce pont n’est qu’une partie d’un projet grandiose qui vise à relier la Banlieue Nord et la Banlieue Sud grâce à 2 km d’ouvrage et 12 km de routes à double voie, avec un pont principal hauban extradossé (à câbles) de 260 mètres. Ce projet est composé de quatre lots dont les travaux sont assurés par des entreprises internationales et une nationale. Pour le 1er et le 3ème, les travaux sont confiés à l’entreprise japonaise, quand au 2ème lot, il est réalisé par un groupement nippo-égyptien. Une entreprise tunisienne est chargée de l’exécution du 4ème lot. «C’est pour la première fois que la Tunisie construit un pont avec des câbles et c’est pour cette raison qu’on essaie d’expliquer tout pour pouvoir conjuguer le savoir-faire des ingénieurs japonais à celui de leurs homologues tunisiens; ce genre de projet nécessite une grande coordination entre les différents services”, ajoute notre interlocuteur. Interrogé sur les compétences tunisiennes, M. Shinichi Tasaki a tenu à saluer les efforts de toute l’équipe. «Dans certaines tâches, les ingénieurs tunisiens ont pu nous remplacer ; ils sont aujourd’hui capables de bien expliquer les schémas et de répondre aux interrogations des ouvriers. Cette expérience et ces nouvelles connaissances vont certainement aider les ingénieurs tunisiens à avancer et à lancer d’autres projets» précise-t-il. D’une longueur de 260 mètres pour 23,5 mètres de hauteur, le pont principal à câbles est composé d’une première centrale de 120 mètres et de deux travées dont chacune mesure 70 mètres, laissant une hauteur de navigation d’une vingtaine de mètres. Quant au coût total du projet, il est estimé de 141 millions de dinars tunisiens alors que la fin des travaux est prévue pour septembre 2007 et ce, malgré les difficultés rencontrées à cause de la nature argileuse du sol. L’inauguration officielle de ce projet est fixée pour le 7 novembre 2007. «Ce sera un joli pont; nous avons fait plusieurs études de design pour que cet édifice soit en harmonie avec le paysage tunisien, avec le bleu du ciel et la blancheur de la ville. Cette coopération s’inscrit dans le cadre de la célébration du 50ème anniversaire des relations diplomatiques entre la Tunisie et le Japon. Ce projet est le fruit de l’amitié tuniso-nippone. Nous avons été agréablement surpris en voyant la carte postale et le timbre édité par la poste tunisienne et qui illustrent ce projet et cette amitié entre les deux pays», commente M. Shinichi Tasaki avec un petit sourire en essayant d’articuler quelques mots en dialecte tunisien et en précisant que l’avancement global des travaux est de 40%. «Parmi les acquis de ce projet, je pense que j’ai réussi à instaurer de bonnes traditions, la première concernant la réunion du matin qui servira à jauger l’évolution des travaux et à l’échange des avis. Alors que la deuxième consiste au nettoyage collectif du chantier. Les ingénieurs et ouvriers partagent cette tâche et ce dans un esprit de groupe» dit-il sur un ton fier, espérant de voir cette jolie aventure s’achever en beauté.

I.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com