Territoires occupés : Le Fatah et le Hamas à couteaux tirés





• Haniyeh échappe à une tentative d’assassinat, Dahlane sur la sellette

La tension était à son comble hier à Gaza entre le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas qui a organisé un rassemblement monstre et accusé le mouvement rival de "tentative d'assassinat" du Premier ministre, Ismaïl Haniyeh.

Le Quotidien-Agences
Une manifestation organisée à l'occasion du 19e anniversaire de la création du mouvement islamiste Hamas s'est transformée en démonstration de force, des dizaines de milliers de combattants, de militants et de sympathisants se réunissant dans le stade Yarmouk de Gaza après la prière du vendredi pour clamer leur soutien à Haniyeh.
Face à une mer de drapeaux vert du Hamas, une sono hurlante et des rafales d'armes automatiques, Haniyeh a reçu un accueil triomphal à son arrivée au stade, entouré d'une cohorte de gardes du corps armés.
Le Hamas accuse l'homme fort du Fatah à Gaza, Mohammad Dahlane, d'avoir commandité une "tentative d'assassinat" de Haniyeh, dont le convoi a été la cible de tirs qui ont fait un mort la veille, lors de son passage mouvementé au terminal de Rafah.
Haranguant la foule, le chef du groupe parlementaire du Hamas, Khalil al-Hayya, s'en est violemment pris à Dahlane, le qualifiant de "collaborateur, de traître et d'apostat".
"Il s'agit d'une tentative d'assassinat exécutée par des traîtres emmenés par Mohammad Dahlane", avait déclaré plus tôt le porte-parole du Hamas, Ismaïl Radouane, lors d'une conférence de presse à Gaza.
"Mohammad Dahlane porte personnellement la responsabilité de cette tentative d'assassinat", a ajouté le porte-parole.
Le député du Fatah Mohammad Dahlane, ancien ministre en charge de la sécurité et ancien chef des services de la Sécurité préventive, est l'un des critiques les plus durs du gouvernement palestinien issu du Hamas, dont il est la bête noire.

Négation
Dahlane, qui se trouvait hier à Ramallah, en Cisjordanie, a nié toute responsabilité dans les tirs contre Haniyeh. "Je rejette ces allégations", a déclaré Dahlane.
"Ces accusations visent à couvrir leurs échecs dans les domaines sécuritaire, politique et économique", a-t-il ajouté, estimant que "le Hamas cherche toujours des prétextes pour couvrir ses échecs".
Ces tensions entre les forces loyales au président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et les partisans du Premier ministre islamiste ont débordé sur la Cisjordanie.
Des heurts ont ainsi éclaté vendredi à Ramallah entre les deux camps, faisant 34 blessés parmi les manifestants, les forces de l'ordre palestiniennes tentant d'empêcher manu militari un rassemblement du mouvement islamiste.
Un garde de Haniyeh a été tué dans les tirs contre son convoi, alors qu'il s'apprêtait à quitter le terminal de Rafah, à la frontière en la bande de Gaza et l'Egypte. Il est resté bloqué près de huit heures au terminal, en raison du refus israélien de le laisser pénétrer dans la bande de Gaza avec 35 millions de dollars collectés lors d'une tournée dans des pays musulmans, notamment en Iran.

Un ministre israélien :
«Dommage qu’il ne soit pas mort»

Al Qods occupée-Agences
Le vice-ministre israélien de la Défense, Ephraïm Sneh, a déclaré hier "qu'émotionnellement" il avait regretté que les tirs la veille dans le sud de la bande de Gaza contre le convoi du Premier ministre palestinien issu du Hamas Ismaïl Haniyeh l'aient manqué.
A la question de la radio publique lui demandant "quand vous avez entendu qu'on avait tiré sur son convoi, vous ne vous êtes pas dit dommage qu'ils l'aient manqué ?", Sneh a répondu: "Emotionnellement c'était, en effet, mon sentiment mais, en y repensant froidement, je ne crois pas que cela aurait résolu la question", a-t-il souligné.
Sneh a justifié, par ailleurs, la décision israélienne d'empêcher la délégation gouvernementale de Haniyeh de rentrer dans la bande de Gaza avec une somme estimée à quelque "30 à 35 millions de dollars", collectée lors de sa tournée dans plusieurs pays arabes et musulmans, notamment en Iran.
"Nous avons fait ce qu'il fallait, l'argent est resté en dehors de la Bande de Gaza", a-t-il affirmé, soulignant que, selon lui, cet argent aurait servi à "alimenter le terrorisme" contre Israël et "à renforcer le mouvement Hamas" au pouvoir.

_______________________

Abbas :
«Je suis la situation de près»

Ramallah-Agences
Le président palestinien Mahmoud Abbas a "regretté" hier les tirs qui ont fait un mort, contre le convoi du Premier ministre issu du Hamas Ismaïl Haniyeh lors de son retour mouvementé à Gaza, a rapporté l'agence officielle WAFA.
Le président de l'Autorité palestinienne "a regretté les tirs dans le terminal de Rafah lors de l'arrivée du convoi du Premier ministre Ismaïl Haniyeh", a affirmé WAFA.
Le Hamas a accusé la garde présidentielle relevant de Abbas, qui assure la sécurité au terminal, d'avoir ouvert le feu dans une tentative d'assassiner Haniyeh. La garde présidentielle a catégoriquement démenti.
"Je suis la situation de près", a encore affirmé Abbas, cité par l'agence WAFA.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com