21ème Congrès de l’UGTT : La continuité l’emporte sur l’alternance…





• Neuf membres du Bureau sortant reconduits
• Confirmation de la décision relative à la limitation des mandats au sein du B.E.

Débats démocratiques, procédures de vote transparentes, entrée de nouveaux éléments combatifs au Bureau exécutif... Les assises nationales de l’Organisation ouvrière n’ont pas finalement déçu la base en dépit de quelques failles organisationnelles.

Tunis-Le Quotidien
Les lampions du 21ème Congrès de l’Unique centrale syndicale en Tunisie se sont éteints dimanche dernier dans un hôtel de la ville côtière de Monastir. Le verdict des urnes n’est tombé que vers le coup de 17 heures avec son petit lot de surprises.
Les vents de l’alternance ont soufflé modérément sur le Bureau exécutif en dépit de la reconduction du secrétaire général, Abdessalem J’rad, et de huit de ses anciens «camarades».
Quatre nouvelles figures connues pour leur combativité y ont fait leur entrée pour la première fois. C’est dire que les temps où la liste du secrétaire général dite»officielle» raflait la totalité des sièges semblent révolus depuis le Congrès extraordinaire de Djerba.
Beaucoup d’observateurs cependant à relativiser l’importance de la prouesse réalisée par Belgacem Ayari, Hassine Abbassi, Mouldi Jendoubi et Moncef Ezzahi, secrétaires généraux respectifs des unions régionales de Ben Arous, Kairouan, Jendouba et du syndicat général de l’enseignement de base.
Les quatre nouveaux élus qui représentent des figures du syndicalisme pur et dur n’ont réussi à se faire élire que grâce à des alliances basées sur le régionalisme et l’appartenance idéologique. Adossé à un syndicat très influent, Moncef Ezzahi a figuré sur la liste du secrétaire général. De leur côté Hassine Abbassi et Belgacem Ayari ont fait partie de la liste consensuelle constituée grâce à un compromis entre J’rad et le représentant de l’orthodoxie achourienne, Ali Romdhane. Quant à Mouldi Jendoubi, il a bénéficié du soutien de ce qu’il est convenu d’appeler le «lobby du Nord» tout comme Ridha Bouzriba, membre du Bureau exécutif sortant écarté de la liste du secrétaire général. A preuve, les trois autres membres exclus de la liste de J’rad, en l’occurrence Abdennour Meddahi, S’limane Mejdi et Hédi Ghodbani y ont laissé des plumes.
Les régions de Sfax, Gafsa et Kerkennah, berceaux du syndicalisme tunisien, n’ont rien perdu de leur influence.

Feu vert à l’alternance
D’autre part, la discussion de la motion interne a donné lieu à un débat extrêmement houleux sur la limitation à deux du nombre des mandats au sein du Bureau exécutif. Après de longues heures de tractations dans un chaos qui frôle le débordement, le Congrès a confirmé la décision de Djerba.
Ainsi, seuls les quatre nouveaux élus pourraient briguer un deuxième mandat durant le 22ème Congrès de l’Organisation en 2011.
L’examen du projet de restructuration de la Centrale syndicale a été reporté à une date ultérieure.
Par ailleurs, la répartition des tâches au sein du nouveau Bureau exécutif a eu lieu quelques minutes seulement après la proclamation des résultats. Ainsi Abdessalem J’rad a été réélu secrétaire général, alors que Ali Romdhane assure la tâche de secrétaire général adjoint chargé du règlement intérieur. Mohamed Saâd a gardé la direction du département des finances et de l’administration, Mohamed Trabelsi celui des relations extérieures, Mohamed Chendoul celui de l’information, Abid B’riki celui de la formation syndicale, Ridha Bouzriba celui de la couverture sociale, Moncef Yaâkoubi celui de la femme, des jeunes travailleurs et des associations, Mohamed S’himi celui des études.
Quant à Belgacem Ayari, Mouldi Jendoubi, Moncef Ezzahi et Hassine Abbassi, ils assurent les fonctions de secrétaires généraux-adjoints chargés respectivement du secteur privé, des entreprises publiques, de la Fonction publique et de la législation.

Walid KHEFIFI


Le «forcing» des candidats

Chauffés à blanc, les candidats au Bureau exécutif accompagnés de leurs partisans interdits d’accès à l’hôtel ont fini par forcer la porte dans la nuit de samedi à dimanche. Les congressistes ont, de leur côté, manifesté leur soutien à ces candidats dès la première journée du Congrès.

____________________________

La cote de Ali Romdhane en baisse

Souvent présenté comme une alternative au secrétaire général, l’ancien responsable de la législation et des conflits et actuel secrétaire général adjoint chargé du règlement intérieur, Ali Romdhane, semble avoir beaucoup perdu de son charisme et de son influence.
Elu avec 27 voix seulement de moins que J’rad lors du Congrès de Djerba, ce «dauphin» a remporté 217 voix seulement à Monastir. De même, J’rad a remporté 248 voix seulement derrière Mohamed Saâd (303) et Mohamed Moncef Ezzahi (269).
Hassine Abbassi vient en quatrième position avec 232 voix talonné par Mohamed S’himi (224), Ridha Bouzriba (224), Mouldi Jendoubi (222), Ali Romdhane (217), Abid B’riki (202), Moncef Yaâkoubi (200), Mohamed Trabelsi (194), Belgacem Ayari (192) et Mohamed Chendoul avec 191 voix.

____________________________

Ben Ali félicite le S.G. et les membres du B.E. de l’UGTT

Carthage - TAP
Le Président Zine El Abidine Ben Ali a adressé à M. Abdessalem Jrad, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) un message dans lequel le Chef de l’Etat lui exprime, ainsi qu’à tous les membres du Bureau Exécutif de l’Union, ses chaleureuses félicitations à la suite de leur élection, lors du 21ème congrès de cette prestigieuse organisation nationale.
Le Chef de l’Etat ajoute dans ce message : “Nous sommes confiants que, lors de la prochaine étape, l’Union générale tunisienne du travail continuera, comme à son habitude, à assumer, aux côtés des autres organisations nationales, son rôle dans l'impulsion du processus de développement global et la contribution à la consolidation de l’invulnérabilité et de la stabilité de la Tunisie, dans le cadre du dialogue et de la paix sociaux dont nous avons fait, depuis le Changement, les constantes de notre politique destinée à l’instauration d’une société de solidarité et d’entraide, dans laquelle tous les Tunisiens et toutes les Tunisiennes bénéficient des fruits du développement, dans un cadre de justice, de dignité et d’égalité des chances pour le progrès et l’essor”.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com