A.S.M. – C.A.B. (2 – 1): Les Marsois de mieux en mieux





Dans la foulée de l’excellente prestation fournie à Sousse une semaine plus tôt, les Aveniristes ont réalisé face au CAB, le match que leurs fans attendaient d’eux. Antinomiquement, ceux du club nordiste ont dû, la mort dans l’âme, déchanter une nouvelle fois.

Très perceptiblement, l’Avenir va mieux, beaucoup mieux, l’hiver semblant le requinquer plus que les piètres avoir testé plusieurs stratégies, paraît avoir trouvé la meilleure articulation possible, même si chaque match a ses vérités propres. Mais à l’évidence, la griffe du coach marsois est visible, ne serait-ce qu’au vu de l’organisation défensive new-look qu’il nous a été donné de constater. En effet, l’axe défensif est, depuis le match de Sousse, composé de trois joueurs, Guitouni, Kaddèche et Nachi. Toutefois, le rôle dévolu à ce dernier est assez original dans la mesure où il est chargé d’exercer en phase défensive un marquage à la culotte la deuxième pointe offensive adverse, à savoir Mhamedi puis Bienvenu, après son incorporation à la place de Walid Yaken. En phase offensive, Nachi avance d’un cran pour épauler Hammami où se déporte sur le flanc gauche l’excentré Mghannem, très opérant ainsi en losange. Ce dernier a, du reste, excellemment animé le couloir gauche, avec la complicité agissante de Khémila. D’ailleurs, les deux centrages à l’origine des buts marsois ont été effectués par ces mêmes joueurs. Il est à signaler, par ailleurs, que ces deux actions, donnant à voir un décalage suivi d’un dédoublement et ponctué par un centrage au premier poteau, ont été longuement travaillées et fignolées pendant l’entraînement, notamment tout au long de la semaine dernière. Le couloir droit n’a pas été en reste, avec le même déploiement, œuvre de la triplette Bouguerra-Mouihbi-Jupiter.
Les Marsois ont commencé par marquer, ont su gérer opportunément cette avance en optant pour des contres qui auraient dû aboutir, tellement les opportunités créées étaient franches, mais le gâchis monstre de Mouihbi, par ailleurs excellent dans les autres registres de jeu, en a voulu autrement.
Et l’inévitable se produit à la fin, après la réduction du score sur penalty, à savoir un recul instinctif des joueurs. Dès lors, adieu la discipline tactique et les Marsois de défendre la peur au ventre, remballant à l’emporte-pièce toutes les balles afin de préserver toutes griffes dehors cette précieux et très méritée victoire.
Les Bizertins, pour leur part, ont opposé une bien pâle réplique. Opérant pratiquement en 5-4-1, ils ont subi la loi des locaux et se sont vite retrouvés sérieusement menés au score. Et l’on a mal compris la titularisation de Walid Yaken au poste de latéral droit.
L’ex Sang et Or, très court physiquement, se déplaçait avec beaucoup de lourdeur suite à sa longue période d’inactivité. D’ailleurs, les deux buts encaissés sont venus, de la zone qu’il aurait dû couvrir. Interrogé à ce propos, Rubin, le coach bizertin, a précisé que ce joueur devait bien débuter pour gagner rapidement en compétitivité, argument un peu léger, vu qu’il l’a remplacé au bout de 36’ de jeu seulement. Par le truchement de ce changement, le Brésilien a redistribué la donne stratégique de son équipe. C’est ainsi que le milieu offensif, Mounirou Ndaye, a reculé d’un cran pour occuper la place de Yaken et Bienvenu s’en est allé épauler sur le front de l’attaque Ali Kridène. Il y eut certes un léger mieux, mais la percussion offensive faisant terriblement défaut aux Clubistes, l’aspiration à un renversement de situation devenait pratiquement utopique, d’autant plus que l’insoutenable obligation de résultat ankylosait les protégés de Ahmed Karoui, injustement conspué par les supporters bizertins qui ont déversé leur courroux sur le président cabiste.

Formations

ASM : Azaïez, Nachi, Kaddèche, Guitouni, Bouguerra, Mghannem (Boussif 84’), Hammami, Mouihbi, Khémila (Jeridi 67’), Kazadi, Jupiter (Rehifi 90’).
C.A.B. : Ben Mokdad, W. Yaken (Bienvenu 36’), Mkademi, Ben Taleb, B. Yaken, Touati (Gabsi 65’), Ayari, Ndaye, Gontassi (Bouzgarrou 46’), Mhamedi, Kridène.

Wahid SMAOUI

__________________

Un homme dans le match
Nachi : la trouvaille stratégique de Mejri ?

Depuis l’entame de la saison, la mise en place défensive de l’équipe n’a cessé de donner du fil à retordre au staff technique marsois. Celui-ci a essayé la défense classique à 4 éléments contre laquelle il a troqué un axe à 3 têtes et deux excentrés. Mais depuis deux journées, il a innové. Et si le dernier dispositif cité a été reconduit, nous avons remarqué un rôle assez inaccoutumé confié au troisième larron de la charnière défensive. Dans cette optique, Mejri a jeté son dévolu sur Adli Nachi qui, réduit au rang de suppléant depuis le début du Championnat, n’a pas raté cette aubaine.
Intraitable sur l’homme, il a cimenté davantage l’arrière-garde marsoise, tout en apportant sa contribution efficace à la ligne médiane et au couloir gauche, dans les confins d’un losange hermétiquement tracé.

W.S.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com