Formation et théâtre : Al Hambra honore ses acteurs en herbe





Le théâtre Al Hambra a accueilli lundi la cérémonie de démonstration de fin des travaux du programme: «La formation dans tous ses Etats». «Pour la vie et pour la mort», une pièce de théâtre a été présentée, lors de cette soirée haute en couleur.

A 19h20, la lumière s’est éteinte. Peu de temps après, une veilleuse a projeté une lueur sur la scène mettant en exergue des acteurs qui courent dans tous les sens. Ils exécutent quelques pas de danse et font des gestes agités. Ensuite, ils grimpent au mur de la scène, puis s’étalent et font des faufilades. Soudain, une jeune fille crie et exprime son refus du mariage et de la grossesse précoces. Dans le deuxième tableau de «Pour la vie et pour la mort», les acteurs passent à l’action. On assiste ainsi à une dispute entre deux hommes sur fond d’incompréhension, mais aussi de nervosité. Les acteurs commencent par fustiger les génocides et les guerres en Afrique et l’hémorragie dûe aux conflits. C’est dans cette situation où tous les acteurs sont agités qu’un bruit se propage sur la scène. Les acteurs s’interrogent sur son origine. D’aucuns ont cru que c’était un loup, alors que d’autres pensent à l’arrivée de la milice, comme on en voit dans les zones en conflit.
D’une durée de 50 minutes, la pièce fait évader jusque dans le cœur de l’actualité. Il s’agit, en fait, d’une forme de diatribe contre les guerres, le sida, les maladies sexuellement transmissibles, les mariages précoces, entre autres.

Des ateliers à gogo
Présentée par des jeunes acteurs syriens, tunisiens, camerounais, beninois et sénégalais, cette pièce est le couronnement d’une formation dans plusieurs spécialités des arts dramatiques et de ses différentes spécialités. Trente-deux acteurs ont pris part aux huit ateliers que le théâtre Al Hambra a abrités du 4 au 18 décembre. Les travaux de ces ateliers ont pris fin avant-hier lundi avec la distribution des diplômes aux 32 acteurs ayant pris part aux différents ateliers. Il y a lieu de noter que parmi les ateliers de cette session de formation, on trouve ceux consacrés à la formation d’acteur, à la mise en scène, à la dramaturgie, à la création des costumes entre autres. De nombreux encadreurs tunisiens et étrangers ont également pris part à ces ateliers. Parmi ces encadreurs, on cite notamment Ezzedine Gannoun, Raja Ammar, Anissa Bdiri et Leïla Toubel de Tunisie.
Jalel Chamtou de Syrie et Edouard Roy de France ont également contribué à la formation des acteurs lors des travaux de ces ateliers.

Ousmane WAGUÉ




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com