E.S.T. : L’empreinte de Duguépéroux





Après un début de saison sous le signe des «nuls», l’Espérance a réussi, depuis l’arrivée de Jacky Duguépéroux, à gravir les échelons à la faveur de cinq victoires en sept matches et à se retrouver aujourd’hui à seulement trois longueurs du leader.

Le bilan du club sang et or sous la conduite du coach français est donc on ne peut plus positif. Depuis son arrivée, il a non seulement apporté des correctifs aux niveaux des choix des hommes et de la tactique (placement, jeu en profondeur... etc.), mais il a surtout cherché à instaurer une mentalité de professionnels au sein d’un groupe riche en individualités mais qui compte quelques éléments «paresseux» qui ne donnent pas le meilleur d’eux-mêmes.
Et le résultat ne s’est pas fait attendre. Après les succès aux dépens des deux clubs sahéliens ESS et ESHS, les Sang et Or ont battu le ST, l’ASM et dimanche dernier le CSHL. L’empreinte de Duguépéroux est, à n’en pas douter, évidente. L’équipe a retrouvé la joie de jouer et de gagner. Physiquement elle monte en puissance et techniquement, elle s’améliore au fil des matches.
Les Hammi, Berrebat, Chaâtani, Kasraoui, Bekri carburant à plein régime, Letifi et Zitouni retrouvent le chemin des filets et le banc des remplaçants regorge de joueurs désireux d’arracher une place de titulaires. Et quand Mahjoubi, Zaïem et Jaber retrouveront leur niveau de la saison écoulée, l’Espérance pourra être plus performante lors de la phase retour de L1.
Bien sûr, en football, le labeur est quotidien, et le technicien français qui a accompli jusque-là un travail efficace, aura dans les semaines à venir d’autres sujets à traiter à savoir cette tendance à se relâcher en fin de match et qui n’a rien de professionnelle, cette paresse qui caractérise certaines individualités comme Olivier, Eneramo et Nwaneri (les trois étrangers), la lucidité devant les buts adverses car l’équipe continue à rater plusieurs opportunités à chaque match et enfin la meilleure formule possible en attaque avec l’arrivée de Chakib Lachkhem qui a besoin de se trouver dans son élément pour pouvoir s’exprimer pleinement et justifier son recrutement.
Dimanche dernier face au CSHL, l’Espérance a donné l’impression de progresser sensiblement et Duguépéroux qui a affirmé vendredi dernier que son équipe n’était encore qu’à 50% de ses moyens doit ajouter aujourd’hui quelques points à ce pourcentage et espérer que ses poulains continuent sur leur lancée pour bien négocier le court mais difficile déplacement de dimanche prochain à La Marsa pour rencontrer l’EOGK qui vient d’aligner deux succès de rang et qui sera bien difficile à manier sur le terrain du Chtioui.

Jamel BELHASSEN




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com