Location de voitures : Haro sur les intrus à la profession





Des pratiques illégales gênent considérablement la bonne marche du secteur de location des voitures.
Le Président de la Chambre syndicale nationale, M. Naceur Boufarès et le président de la Chambre régionale de Gabès tirent la sonnette d’alarme.

Tunis - Le Quotidien
Les sociétés de location de voitures font face depuis une longue période à des problèmes de concurrence déloyale. Le président de la Chambre syndicale des loueurs de voitures ne cache pas son amertume devant cette situation qu’il juge alarmante et qui se répercute négativement sur la bonne marche des entreprises du secteur.
M. Noureddine Btita affirme au cours d’un entretien avec notre journal que le secteur souffre actuellement d’un très grand problème. “Il est victime depuis quelques années de l’apparition d’un grand nombre d’intrus qui nous rendent la vie difficile”, dit-il.
En effet, des propriétaires de voitures privées n’hésitent pas à proposer leurs véhicules à la location d’un manière illégale à des prix défiant toute concurrence. Et d’ajouter : “Personnellement je dirigeais une entreprise employant 24 personnes. Aujourd’hui je fais travailler uniquement 7 personnes. Il est vrai que les autorités ont fait leur devoir en engageant des procédures contre les auteurs des infractions mais leur manège continue.
Ce phénomène est “bien réel à Gabès” mais il touche aussi plusieurs villes tunisiennes. En effet le président de la Chambre nationale des loueurs de voitures, M. Naceur Boufarès confirme l’existence de ces pratiques dans plusieurs régions tunisiennes notamment à Bizerte durant l’été, et à Sousse. “Nous avons saisi les autorités compétentes et particulièrement le ministre du Transport et attiré leur attention sur la gravité du phénomène. Nous espérons que des mesures concrètes et radicales soient prises à l’encontre de ces intrus afin de mettre fin à ce marché parallèle”.
M. Boufarès est cependant réconforté par l’éradication de ce phénomène dans la capitale et particulièrement à l’aéroport de Tunis Carthage. Aucun intrus n’est en mesure de proposer des services d’une manière illégale. Car l’étau s’est resserré autour d’eux.
En attendant peut être la généralisation de ces mesure sur l’ensemble du pays pour permettre à ceux qui paient leurs impôts de continuer à travailler en toute quiétude.

Lotfi TOUATI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com