Bande de Gaza : Les Palestiniens enterrent la hâche de guerre





Un nouveau cessez-le-feu entre groupes palestiniens rivaux semblait se consolider hier après des violences partisanes meurtrières à Gaza, où des centaines de Palestiniens ont manifesté contre l'insécurité.

Le Quotidien-Agences
Aucun incident sérieux n'a été signalé dans la nuit, la mort de deux activistes du Fatah mercredi matin dans des accrochages avec le Hamas ayant pourtant fait craindre un effondrement du cessez-le-feu instauré mardi à 21H00 GMT.
Dans ce contexte, le président palestinien Mahmoud Abbas, chef du parti Fatah, et le gouvernement contrôlé par le Hamas du Premier ministre Ismaïl Haniyeh ont multiplié les déclarations apaisantes.
Abbas a ainsi appelé les Palestiniens "à faire preuve de responsabilité et de retenue" et s'est dit prêt à "un nouveau round de dialogue" avec le Hamas en vue de mettre en place un gouvernement d'union.
Les affrontements avaient commencé après l'annonce par Abbas samedi de son intention de convoquer des élections générales anticipées pour tenter de sortir de l'impasse politique, au grand dam du Hamas qui lui conteste le droit de convoquer un tel scrutin.
Le gouvernement, dirigé par le Hamas depuis mars, à la suite de sa victoire aux législatives de janvier, est boycotté par l'Occident pour son refus de reconnaître Israël et les accords passés, ce qui a plongé les territoires palestiniens dans une crise sans précédent.

Appel au dialogue
"Le dialogue est le seul moyen de résoudre nos problèmes. Il y a une certaine confusion à cause des derniers incidents regrettables mais il n'y a pas d'alternative au dialogue pour former un gouvernement d'union", a déclaré le porte-parole du cabinet issu du Hamas, Ghazi Hamad.
Il a affirmé que Haniyeh était prêt à se rendre à Amman pour s'entretenir avec Abbas comme l'a proposé le roi Abdallah II de Jordanie.
"Nous n'avons pas reçu d'invitation officielle. Si une telle invitation nous est adressée, nous l'accepterons", a-t-il affirmé.
Abbas doit se rendre en Jordanie dimanche.
"Nous insistons sur la nécessité du dialogue mais aucun préparatif n'est en cours en vue d'un nouveau round de dialogue", a pour sa part déclaré le porte-parole de la présidence palestinienne Nabil Abou Roudeina.
Une manifestation contre l'insécurité, à l'appel des toutes les factions palestiniennes, a rassemblé des centaines de Palestiniens devant le siège du parlement à Gaza.
Tranchant sur les manifestations partisanes de ces derniers jours, seul le drapeau palestinien était agité, les bannières des différents groupes ayant été laissées de côté.
"O Hamas, ô Haniyeh, nous voulons un gouvernement d'unité immédiatement" et "Assez de luttes, nous voulons vivre en sécurité", scandait la foule.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com