C.A. – U.S.M.





L1 (13ème J.) - Stade Olympique d’El Menzah (14h30) - Direct TV T7

Du côté clubiste
Ambitions renouvelées

Les sujets, plus ou moins brûlants, n’ont pas manqué ces derniers jours au Parc A où on a remarqué une affluence et un intérêt accrus des supporters au cours des séances d’entraînements, y compris celles effectuées à l’annexe de Radès.

L’arrivée du Zambien Kingstone était la première à accaparer l’attention. Ce qui explique que bon nombre de sympathisants ont accouru pour voir à l’œuvre la nouvelle recrue et «jauger» (déjà !) des chances de réussite de cet attaquant. Le contexte ne s’y prêtait cependant pas, dans la mesure où le staff technique avait d’autres chats à fouetter, puisque le match-phare de cette première moitié du championnat approchait à grands pas.
La bonne ambiance qui règne depuis un certain temps parmi le groupe, n’a pas été altérée par le semi-échec à Gafsa. Seuls l’expulsion de Wissem Yahia et le troisième carton récolté par Lassaad Ouertani ont causé des soucis au staff technique tout au long de la semaine.
Bertrand Marchand n’a pas manqué de multiplier les essais et autres variations pour former son équipe-type, devant donner la réplique tout à l’heure aux Monastiriens. Il comptait par ailleurs sur la rencontre disputée en milieu de semaine pour le compte de la Coupe de la Ligue afin de renforcer sa formation, mais aucun joueur n’est parvenu à briller, encore moins à convaincre le technicien français.
Celui-ci devra de ce fait puiser dans le groupe habituel pour former son équipe, mais pour quelle formule optera-t-il ? A priori, Marchand penche pour l’offensive, d’autant qu’il récupère Zouheir Dhaouadi qui animera le couloir gauche.
Il jouera en soutien pour Foued Bouguerra lequel semble animé des meilleures intentions.
En tout cas, l’avant clubiste est déterminé à briser le signe indien, ou plutôt cette guigne qui le poursuit depuis un certain temps. C’est, d’ailleurs, le moment ou jamais pour le Franco-Algérien afin de faire taire tous ses détracteurs. A lui donc de jouer et de saisir sa chance. Pour le reste de la formation, le doute persiste quant à la composition de l’entrejeu.
Si Walid Hichri et Oussama Sellami sont partants d’office pour animer le milieu, Marchand semble hésiter quant au troisième joueur à associer à cette paire. Chokri Zaalani semble toutefois le mieux indiqué pour tenir ce rôle.
Le cas échéant Khaled Souissi et Anis Amri occuperont les deux flancs, aux côtés de Mohamed Ali Gharzoul et Jean-Pierre N’janka. A moins bien entendu que Bertrand Marchand n’opte pour une nouvelle formule...

Formation probable
Boumnijel, Souissi, Gharzoul, N’janka, Amri, Zaalani, Hichri, Sellami, Poukong, Bouguerra, Dhaouadi.

Mansour AMARA

________________________

Du côté monastirien
Motivation et détermination

Après avoir bénéficié d’une journée et demie de récupération, les Usémistes ont repris leur préparation en vue du match d’aujourd’hui face au CA.

Frej Bnouni a dû quitter le terrain pour éviter d’éventuelles complications à une légère blessure contractée à l’entraînement. Peu soucieux des agitations turbulentes du mercato actuel, les joueurs sont, plutôt, concentrés sur la rencontre au sommet de ce week-end, en vue de la négocier avec le maximum de chances possibles.

Tous veulent être de la partie
Avec le retour de Owen Mandabaye, rétabli de son indisponibilité physique, et Med Hédi Jedidi, ayant purgé sa peine, seuls Maâtouk et Falhi, sous le coup d’une lourde suspension, ont brillé par leur éclipse de l’équipe seniors. A les voir s’entraîner, on est tenté d’affirmer que chaque joueur n’a point l’intention de rater ce great event, surtout pour l’ex-Clubiste de Bab Jedid, Haj Ali qui veut réaliser un double objectif: un talent à confirmer à ses anciens coéquipiers, et rattraper le retard perdu par ses prestations antérieures en demi-teinte. L’application et la discipline rigoureuse sont donc de mise. Le côté psychologique est, lui aussi, présent dans les préoccupations des dirigeants et du staff technique afin que ce match ne soit pas gonflé outre mesure. Le message paraît même reçu par tous.

User efficacement du contre
Comme l’avait souligné le coach de l’OB, les Monastiriens doivent leurs dernières victoires à la Marsa et à Bizerte à l’arme du contre qu’ils savent manipuler à bon escient. On ne voit pas pourquoi ils changeraient leurs bonnes habitudes. Cela ne peut en aucun cas supposer qu’ils évolueront avec une prudence excessive, et permettront à leurs adversaires d’exercer une éventuelle pression aux incidences imprévues pour l’arrière-garde de Nefzi. La ligne médiane, désormais renforcée par Tarek Achour et remarquablement occupée par Ben Abdelkader, Bnouni, Salem et Boukraâ, sera appelée à ne pas concéder de couloirs, pour empêcher les infiltrations des avants de pointe tunisois. C’est la seule alternative d’éviter que le dispositif défensif soit harcelé par un danger permanent et supporter, par voie de conséquence, le poids du match.
En parallèle, avec cette rigueur des compartiments de derrière, celle de la concrétisation devra remplir la mission qui lui incombe. Bnouni, du flanc droit, et Tarek Salem, du côté opposé, auront pour tâche de chercher à déstabiliser la défense clubiste. Ces débordements seront bénéfiques, soit pour les pénétrations au-delà des 18 m, soit pour les tirs au but bien cadrés, soit encore pour bénéficier de balles arrêtées dont l’exécution sera confiée, comme à l’accoutumée, à Salem. L’inspiration sera en définitive la seule voie de la réussite.

Formation probable
Nefzi, Alaya, Fernando, Mzali, Achour, Ben Abdelkader, Salem, Bnouni, Haj Ali, Jerry, Mandabaye.

Mansour NABLI

_______________

Samir Jouili : «Nous jouerons pour gagner»

Dix points récoltés en 4 matches, pour 3 victoires, dont 2 à l’extérieur, et un nul devant l’ESS, voilà un bilan qui vous met face à une lourde responsabilité.
Nous avons toujours les pieds sur terre. Ce parcours, qualifié de flatteur n’est point le fruit du hasard. L’équipe est, désormais, composée d’éléments à la conscience éveillée. Les conditions du travail nous ont permis d’instaurer un climat de sérénité au sein du groupe. A partir du moment où chaque partie connaît son devoir, tout en cherchant à l’appliquer sur le terrain, le résultat ne viendra que de lui-même.

A une certaine période, l’USM semblait noyée, surtout après les 2 rencontres à Monastir, face à EGSG (0-0) et au ST (1-2).
Le climat ayant subi une opération d’assainissement, les choses sont revenues à la normale pour que l’équipe fasse preuve d’une maturité d’esprit rassurante, au fil des semaines. La grande famille usémiste vit, actuellement, une extase réelle, non seulement par les scores réalisés, mais surtout par la manière de les avoir conquis. L’ambiance de dimanche passé, créée à l’intérieur des arènes du stade Ben Jannet, lors de la rencontre avec l’OB et les joueurs ayant laissé la meilleure des impressions, auprès de tous les observateurs, seront réédités, voire haussés d’un cran.

En sera-t-il de même, aujourd’hui, à Tunis ?
Il s’agit, en fait, d’une confrontation entre les 2 co-leaders de la compétition, au terme de cette première partie du championnat. Si les Clubistes y sont habitués, ils demeurent sous pression psychologique qui aura, sans doute, un effet de hantise. Ils seront donc plus gênés dans la confection de leur jeu, du moment qu’ils partent avec les faveurs du pronostic du moins sur le papier. Pour ce qui nous concerne, nous n’auront rien à perdre. Nous avons tout à gagner. Nous jouerons pour réaliser l’objectif que nous sommes assignés, à savoir, confirmer que l’USM n’a rien à envier aux autres et qu’elle est capable d’enchaîner avec d’autres conquêtes. Le titre de champion d’automne, n’est pas une fin en soi, même si pour certain, il est générateur pour de nouvelles mobilisations plus agissantes. Nous ne sommes qu’à mi-parcours et le championnat appelle à un souffle de plus en plus renouvelé pour ne pas tomber en panne de carburants. Finir champion de l’aller demeure dans nos cordes sans pour autant négliger que l’amélioration de notre classement de l’exercice écoulé reste primordiale.

Dans les faits, comment allez-vous négocier cette rencontre ?

L’enjeu étant, pour nous, historique, nous nous sommes souciés de ne point se donner au jeu des calculs hasardeux, pour que cela n’affecte pas le spectacle que nous voulons digne des grands événements. Convaincus de la primauté de ce facteur, afin de ne pas perdre le nord ou, à défaut, avoir les nerfs à fleur de peau, mes joueurs savent, pertinemment, que, jouer pour gagner comme il est de coutume, suppose une concentration totale d’esprit et de corps sur le sujet d’en face. Tous les atouts devront être réunis dans ce sens pour ne pas tomber dans une improvisation anachronique. Le match sera supporté par les 3 compartiments, chacun au niveau de ses prérogatives. Tout poste qui faillira à son rôle, constituera une fausse note qui risquerait de chambarder nos plans.

Serez-vous, encore, fidèle à votre préférence pour le contre ?
Une telle optique fait, à ma connaissance, partie du jeu, mais pas dans l’absolu, plutôt, quand la situation s’impose. Nous n’allons pas, tout de même, nous cramponner en défense pour laisser l’adversaire manœuvrer en cavalier seul, encore moins vider notre arrière garde au bénéfice de l’offensive à outrance. Monopoliser le jeu, occuper rationnellement le terrain et aller jusqu’au bout de l’action, pour ne pas se laisser impressionner, telles sont les dominantes auxquelles nous ferons appel pour minimiser les velléités adverses. Ne pas concéder de but dans le premier quart d’heure, et chercher à surprendre à froid, notre vis-à-vis, sera la meilleure finalité pour libérer les jambes, et parvenir à une domination territoriale agissante, sans oublier le caractère impératif de créer le surnombre en zone adverse en phases offensives.

M.N.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com