Congrès de l’Association des Magistrats Tunisiens : Dix-neuf candidats briguent les sièges du Bureau exécutif





Le congrès de l’Association des Magistrats Tunisiens (AMT) prévu le 3 décembre sera, vraisemblablement, marqué par une course électorale chaude.

Tunis-Le Quotidien
Dix-neuf magistrats exerçant dans les tribunaux du Grand Tunis et des cours d’appel de Bizerte et Nabeul ont déposé leurs candidatures aux sept sièges du Bureau exécutif de l’association entre le 18 octobre et le 12 novembre. Sept membres du Bureau exécutif sortant ont annoncé la couleur et se sont déclarés candidats à leur propre succession, quête de continuité oblige, quelques jours seulement après l’ouverture des candidatures. Il s’agit de MM. Khaled Abbès, Houcine Belhaj Messaoud, Chokri Ben Salah, Mohamed Adel Ben Ismaïl, Adnène Hani, Tarek B’rahem et Riadh Gharbi.
Six candidats se sont déjà présentés lors des précédents élections sans réussir à remporter des sièges au sein du Bureau exécutif. C’est le cas de Mmes Khédija M’zoughi, Inès Maâttar et MM. Lotfi Zid, Abderrazak Ben M’na, Hatem Dechraoui et Imed Boukhris. Les magistrats qui participent pour la première fois à la course électorale sont MM. Taher Ben Turkia, Abdelkarim Soukni, Makrem Médiouni, M’saddek M’saddek, Lassaâd Chemmakhi et Saber Bouataï.
Le nombre élevé des candidatures laisse, à fortiori, croire que deux listes au moins entreront en compétition.
D’autant plus que le nombre des sièges du Bureau exécutif a été ramené à sept sièges seulement après la suppression des deux sièges consacrés aux représentants des régions lors d’une assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue en juillet dernier. D’où des élections serrées même si les observateurs avertis estiment que les membres du Bureau exécutif sortant pourraient fort probablement rafler la mise.
A noter que le 11ème congrès de l’AMT revêt une importance cruciale dans la mesure où il prendra les allures d’un «ciment fédérateur» capable de venir à bout des luttes fratricides «résiduelles» générées par les dissensions qui avaient ébranlé les instances dirigeantes de l’association durant l’année judiciaire 2005-2006.

Walid khéfifi




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com