L’Irak sombre dans le chaos : Enlèvement collectif de quelque 100 personnes dans un ministère à Bagdad





La capitale irakienne a de nouveau été frappée par la violence hier, avec l'enlèvement collectif de près de 100 personnes au ministère de l'Enseignement supérieur par des hommes armés en uniforme de police.

Le Quotidien-Agences
Après la violence des attaques, qui ont tué depuis dimanche au moins 80 personnes, celle des exécutions sommaires avec la découverte le lendemain de 46 corps criblés de balles et portant des traces de torture, c'est un enlèvement collectif d'une ampleur exceptionnelle qui a eu lieu à Bagdad.
"Des hommes armés se présentant comme des commandos de la police ont fait irruption dans un bâtiment du ministère et enlevé près de 100 employés et visiteurs, après un affrontement avec les gardes", a annoncé à la télévision publique Iraqia le ministre de l'Enseignement supérieur, Abed Diab al-Oujaili.
"Je réclame des ministères de l'Intérieur et de la Défense qu'ils assurent la sécurité des universités et du ministère de l'Enseignement supérieur et qu'ils fassent tout leur possible pour retrouver les personnes enlevées", a-t-il ajouté.
Les ravisseurs, portant l'uniforme des commandos de la police, sont arrivés à bord d'au moins 20 véhicules dans le bâtiment du département de la recherche scientifique, dans le quartier Karrada.
Le ministre de l'Enseignement supérieur, qui est membre du Front de la Concorde, le principal bloc parlementaire sunnite, a demandé l'arrêt des cours dans les universités à Bagdad. "Nous n'avons pas d'autre choix que d'arrêter les cours, en tout cas à Bagdad, jusqu'à ce que la lumière soit faite sur ce qui vient de se produire", a-t-il dit devant le Parlement à Bagdad.
Trois médecins ont, par ailleurs, été enlevés hier matin près de Bassorah, dans le sud de l'Irak, par un groupe d'hommes armés, a annoncé un responsable de l'hôpital où ils travaillent.

Affrontement
La violence a aussi frappé dans la région de Baaqouba, au nord de Bagdad, où onze personnes, dont quatre policiers, ont été tuées dans des attaques menées par des hommes armés. Dans la région de Kout, à 130 km au sud-est de Bagdad, deux soldats irakiens ont été tués dans une embuscade.
Dix autres personnes ont été tuées et 25 blessées dans l'explosion hier d'une voiture piégée dans le marché de Chorja, dans le centre de Bagdad, a indiqué une source de sécurité.
De leur côté, les soldats américains ont une nouvelle fois affronté lundi soir à Bagdad les miliciens chiîtes de l'Armée du Mahdi, dirigée par le chef Moqtada Sadr, vivement opposé à l'occupation américaine.
Dans ce raid mené dans le quartier chiîte de Choula, des soldats américains ont été pris à partie par des miliciens. Les GI's ont dû faire appel à des hélicoptères qui ont ouvert le feu sur plusieurs positions des miliciens, faisant six morts parmi les civils et blessant 13 personnes, selon une source de sécurité.
Ancien homme à abattre pour l'armée américaine, Moqtada Sadr, qui avait lancé à deux reprises ses milices contre les soldats de la coalition en 2004, est devenu un acteur incontournable de la vie politique irakienne.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com