Paroles carthaginoises





Hend Sabri
«Mettre davantage de l’ordre dans les festivités d’ouverture»

Vous avez été la plus jeune actrice décorée Tanit d’or depuis la création des JCC. Au-delà de cette consécration, que signifie pour vous votre présence à cette édition en tant que membre du jury?
Ma présence à cette édition en qualité de membre du jury suscite en moi beaucoup de souvenir. C’est d’abord la manifestation cinématographique qui m’a donnée mon premier prix. Cette consécration a été décisive pour la suite de ma carrière dans le monde du cinéma.

Vous suivez les JCC depuis votre jeune âge. Qu’est ce qui a changé, selon vous, dans cette édition par rapport à celles précédentes?

Cette année, il y’a eu du nouveau, car pour la première fois les JCC s’ouvrent à d’autres cinémas, tels ceux latino américains et d’Asie de l’Est. C’est, en somme, pour moi une grande stratégie renforçant la renommée internationale de ce cinéma.

Que proposez-vous aux organisateurs afin de renforcer davantage l’aura de cette manifestation pour les sessions à venir?

Je propose qu’on renforce un tout petit peu le volet organisationnel de cette manifestation en mettant un peu d’ordre dans les festivités d’ouverture. Outre cette petite défaillance, les JCC continuent à gagner en aura. D’ailleurs, elles ont affiché cette année, la présence de nouveaux partenaires notamment des chaînes françaises comme ARTE et TV5 entre autres. Ce qui est en somme encourageant pour la suite de la manifestation.

_____________________

Sami Bouajila
«Une façon d’assister en direct à la curiosité des cinéphiles»

Que signifie pour vous votre présence en qualité d’invité d’honneur à l’ouverture de ces JCC?
Je suis honoré d’être à Tunis pour assister à l’ouverture de cette 21ème édition. J’ai accompagné le film «Les Indigènes» programmé pour l’inauguration de cette grande manifestation cinématographique. C’est aussi une façon de venir assister en direct à la curiosité des cinéphiles tunisiens lesquels, certainement, ne vont pas rester indifférents au scénario de ce film qui interpelle tout Maghrébin et tout Africain. Nous partageons tous la même histoire et le même destin en France. Et c’est tout à fait normal que ce film draine foule et suscite des émotions là où il est projeté en Afrique et au Maghreb. De ce fait, je suis heureux d’être là et d’accompagner ce film.

Qu’attendez-vous de cette 21ème édition des JCC?

J’espère voir des films d’une haute qualité cinématographique. En ce qui me concerne et en tant qu’un des acteurs du film «Les indigènes», les JCC sont pour moi une occasion de pouvoir évaluer la popularité de ce film et aussi et surtout ma célébrité personnelle aux côtés d’autres grands noms comme Jamel Dabouz, Ornella Muti, entre autres. Nous sommes d’ailleurs honorés que ce film a été projeté à l’ouverture de cette 21éme édition des JCC. Cette édition m’offre également la curiosité de découvrir les films tunisiens ainsi qu’autres réalisations cinématographiques du continent africain et d’autres régions du monde.

Quel message voulez vous véhiculer à travers ce film?
Ce film est d’abord pour nous génération issue de l’immigration une façon de fouiller dans la mémoire de nos grands-parents qui ont payé de leur sang pour que la France soit libre et qu’elle devienne ce qu’elle est aujourd’hui. C’est en quelque sorte une façon d’arracher l’histoire à l’oubli et de montrer que tous les citoyens français doivent être égaux et qu’en France nous sommes aussi chez nous. En somme, notre présence à l’Hexagone est tout à fait légitime.

_____________________

Fanta Régina Nacro
«Entre les JCC et moi, une grande histoire d’amour»

Que signifie pour vous d’être aux JCC en qualité de membre du jury?
Entre les JCC et moi, il existe une grande histoire d’amour. J’y ai déjà obtenu le Tanit d’Or. Ce qui a été en somme une consécration décisive pour la suite de ma carrière. Je peux vous avouer que les JCC m’ont apporté bonheur. Et c’est tant mieux.

Comment trouvez-vous l’organisation et la programmation de cette édition?

Il y’a une formidable équipe qui a été mise en place laquelle a d’ailleurs réalisé un travail formidable. Sur un autre plan, de bons films ont également été programmés. En somme, une belle sélection qui donne l’occasion aux cinéphiles de voir tous les genres cinématographiques du monde entier. On trouve aussi de nombreux films de la catégorie des réalisations vidéos.

_____________________

Léon Imunga Ivanga
“Développement et liberté vont de pair”

Quel message voulez-vous véhiculer à travers “L’ombre de Liberty”?
Le message est celui consistant à dire que la liberté est indissociable du développement social, spirituel, intellectuel et qu’elle contribue à faire vivre mieux. C’est dire que développement va de pair avec liberté sous toutes ses formes.

Pourquoi et de quelle manière avez-vous choisi l’idée de liberté comme base du scénario de votre film?

C’est en fait mon père qui m’a fait aimer la liberté. Il m’a aussi transmis le courage de pouvoir l’exprimer, lui qui est mort il y a trois ans. Ce principe a été son cheval de bataille dans tous ses combats. Car il fut ancien combattant de la deuxième guerre mondiale puis syndicaliste. La liberté faisait partie de ses convictions naturelles. Il a toujours cru aussi que ce principe est une responsabilité pour tous.

Sur quels critères avez-vous sélectionné les acteurs de votre film?

Je connaissais certains d’entre-eux qui étaient déjà connus par leur talent dans le théâtre. D’autres ont été par contre sélectionnés selon certains critères spécifiques, à savoir la spontanéité entre autres.

Propos recueillis par
Ousmane WAGUÉ




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com