Kalthoum Jemaïel : Clin d’œil à l’Art moderne





L'échappée se fait belle en couleurs aux détours de quelques images de nature morte. Le tout figure dans une exposition signée Kalthoum Jemaïel, continuant jusqu’à la fin du mois, du côté de la galerie Chérif Fine Art.

De larges aplats de couleurs savamment agencés renouent ici avec la beauté d’un art figuratif. Un art qui, avouons-le, perd bien nombre de ses adeptes au profit d’un art abstrait choisi dans la plupart des cas par mesure de facilité.
L’œuvre de Kalthoum Jemaïel, qui peint depuis les années 70, n’a rien d’un art de novices. L’artiste capte le moindre chahut d’une feuille d’arbre, semble arrêter le temps sur un léger faisceau de lumière. Et elle le dit bien en confiant “il ne faut pas oublier de transcrire le chatoiement de l’écorce d’une orange caressée par un rayon de soleil. A travers les turpitudes du chaos, il ne faut pas oublier de transmettre la pureté d’une ligne, ne pas oublier de communiquer l’art d’aimer, la paix, la sérénité”. L’artiste peint pour un but précis. Tout d’abord, elle le fait pour l’amour de la chose. Elle le fait aussi pour redonner à la vie, au monde qui l’entoure une valeur esthétique “Ma peinture est dans la vie de tous les jours ... dans ce monde où les violences sont choses communes”.
Elle peint ainsi quelques oranges déposées sur une nappe, le ballet des jasmins, le bain de nuit ...toutes choses qu’on croit communes mais qui, au regard de Kalthoum Jemaïel, deviennent un art, du vrai.
Le clin d’œil à l’art moderne est rendu possible dans l’œuvre de Jemaïel qui a vécu et a exposé dans plusieurs pays (Belgique, Italie, Koweït, Syrie, Suisse, France et Tunisie). On retrouve, ravi, du Matisse, du Klimt mélangé à un peu d’authenticité qui donnent à l’artiste son cachet.
Prenons à titre indicatif le tableau “Hommage à Klimt” où l’on peut détecter en arrière - plan derrière un rideau bleu voilé l’étreinte d’un homme et d’une femme. Cela rappelle le tableau fort connu de l’artiste autrichien Gustav Klimt datant de 1907.
Celui qui découvre pour la première fois l’œuvre de Kalthoum Jemaël remarquerait illico qu’il s’agit d’une artiste qui s’y connaît en la matière. La preuve en est le large parcours artistique qu’elle a entamé depuis 1973.
Journaliste de formation, Kalthoum Jemaïl a fréquenté l’Académie des Beaux Arts à Bruxelles, la Vreij Académie à La Haye (Hollande), l’atelier de Mac’Avoy à Paris, ...
Entre 1978 et 1994, l’artiste a enseigné la peinture.
On apprend aussi que l’artiste est cotée à Paris au “Dictionnaire cotation des artistes” (Larousse diffusion/www.drout-cotation.org.) depuis 2004.

M.B.G.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com