Trois GI’s tués, 10 en deux jours en Irak : La débacle





Rapt collectif: 70 otages seraient toujours disparus, morts ou torturés

Trois nouveaux GI's ont été tué en Irak, allongant ainsi la liste des morts américains en Irak. Un nouveau revers pour les forces de l'occupation alors que l'affaire du rapt fait encore jaser. Le ministre de l'éducation, qui accuse le Premier ministre, indiquait hier que 70 otages seraient toujours disparus, morts ou torturés.

Le Quotidien-Agences
Trois soldats américains ont été tués mercredi au nord de Bagdad, portant à 10 le nombre de militaires américains morts en Irak en 48 heures, mardi et mercredi, a annoncé hier l'armée américaine.
"Deux soldats du Corps expéditionnaire +Eclair+ assignés à la 3ème brigade, 1e division de cavalerie, ont été tués mercredi et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe au passage de leur véhicule dans la province de Diyala", a indiqué l'armée américaine.
Elle avait fait état peu auparavant de la mort d'un autre soldat de la même unité, "tué mercredi par des tirs d'armes légères au cours d'une opération de combat dans la province de Diyala".
Au total, dix militaires américains sont morts en Irak depuis mardi. Un soldat et trois Marines sont morts mardi des suites des blessures dans la province d'Al-Anbar (ouest), foyer de l'insurrection sunnite dans le pays. Deux soldats ont été tués mardi dans l'explosion d'une bombe au passage de leur véhicule dans le nord-ouest de Bagdad et un autre a été tué par des tirs d'armes légères, toujours à Bagdad.
Toujours sur le terrain, 27 civils irakiens ont été tués hier matin dans une série d'attaques à Bagdad, dont neuf employés d'une boulangerie abattus par des hommes armés, ont indiqué des sources de sécurité.

Accusation
Par ailleurs et dans l'affaire du rapt, au moins 70 victimes d'un enlèvement collectif à Bagdad sont toujours portées disparues, certaines ont été tuées et la plupart torturées, a assuré hier le ministre de l'Enseignement supérieur, contredisant et critiquant ouvertement le Premier ministre irakien.
L'incertitude sur le nombre de personnes enlevées mardi au cours d'un rapt d'une ampleur inédite dans un bâtiment dépendant du ministère de l'Enseignement supérieur à Bagdad a débouché sur une controverse politique.
"Au moins 70 otages sont toujours portés disparus, et je crois que près de 150 personnes ont au total été enlevées", a affirmé le ministre de l'Enseignement supérieur, Abed Diab al-Oujaili
"Les otages qui ont déjà été libérés nous ont dit que certaines personnes enlevées ont été assassinées. Ils ont aussi affirmé que la plupart des otages ont été torturés", a-t-il ajouté.
Al-Oujaili a suspendu sa participation au gouvernement, tant que l'ensemble des otages n'aura pas été libéré.
"J'ai le sentiment, oui, qu'il n'y a pas de gouvernement efficace" en Irak, a également estimé le ministre, lors d'un autre entretien diffusé sur la radio britannique BBC.
Ses déclarations contredisent complètement celles des services du Premier ministre, Nouri al-Maliki, qui semblent minimiser l'ampleur de l'événement.
"Au total, 39 personnes ont été enlevées. Vingt ont été libérées mardi, 17 mercredi. Seules deux personnes sont toujours aux mains de leurs ravisseurs", avait déclaré mercredi son porte-parole. Maliki avait néanmoins ordonné mercredi la traque des auteurs de cet enlèvement.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com