U.S.M. – Yaâcoubi : Les péripéties d’un divorce… annoncé !





Au moment où l’on croyait les brèches colmatées, après la confiance renouvelée à Kaïs Yaâcoubi qui, conformément à la réunion avec ses employés, a repris son service dans les meilleures des conditions possibles, voilà que le coach usémiste décide de rendre le tablier, mardi dernier après-midi, alors qu’il avait dirigé la séance matinale de cette même journée.

Le fait d’avoir été informé de la teneur de la réunion des dirigeants avec ses joueurs, ce même jour, a été suffisant pour se rendre compte que certains de ces derniers, ayant déclaré que le courant ne passe plus entre eux et leur entraîneur, qu’il n’a plus rien à faire à l’USM. Les reproches communiqués à son encontre se situent au niveau de son comportement vis-à-vis de quelques éléments.
Pour Kaïs Yaâcoubi, qui ne pouvait accepter que des joueurs se considèrent au-dessus de la mêlée pour se permettre de ne plus se conformer à des directives, une telle crise de confiance a été à l’origine de sa démission décidée en toute âme et conscience. Son départ ayant été rendu public au cours de la matinée de mercredi passé a soulevé des réactions diverses dans les milieux usémistes dont la majorité n’ont pu cacher un certain soulagement pour pouvoir amorcer un déclic psychologique chez les joueurs qui ont a accumulé les contre-performances, ces derniers temps.
Certains dirigeants ont même salué le courage de Yaâcoubi d’avoir renoncé à poursuivre sa besogne. Dans l’autre camp, on éprouve certaines appréhensions quant à la suite de la compétition, non sans donner l’impression que ce divorce est venu au bon moment.

Quel successeur ?
Samir Jouili, qui a été chargé d’assurer l’intérim, à partir de la séance de l’après-midi de mardi, sera-t-il le plus indiqué pour être le successeur potentiel, surtout que son expérience et ses diplômes le lui permettent ? A l’heure où aucune hypothèse n’est apte à avoir le cachet d’officielle, le nom de Lotfi Rehim, ayant exercé son talent à l’USM, au cours de la saison 2004-2005, et, bien avant, est aussi à ne pas exclure même si cet enfant du club a beau espérer, en début de l’actuel exercice, succéder à Faouzi Benzarti, comme il en a fait autant avec son frère Lotfi au terme de la saison 2004-2005.
D’autre part certaines sources très proches du club nous ont affirmé que c’est plutôt Ali Fergani qui tient désormais la corde.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com