Que pensez-vous du cinéma tunisien ?





Darouiche Berjaoui (critique du cinéma, libanais) :
«Nacer Khémir, unique !»

«Je connais notamment Nouri Bouzid, Mahmoud Ben Mahmoud et Nacer Khémir.
Dans le regard de Nacer Khémir, il y a une ouverture d’esprit inouïe. Pour moi, il est bien meilleur que beaucoup de réalisateurs européens et américains. C’est un grand artiste. Cela est confirmé dans le film «Bab’Aziz». Nacer a le pouvoir de convertir des sujets d’actualité en un langage cinématographique, avec une sensibilité qui lui est propre. Son parti pris esthétique est sain, c’est-à-dire sans aucune arrière-pensée. Son but était de parler de la religion musulmane en lui donnant sa véritable image, loin de celle véhiculée par les médias étrangers.
C’est cette plateforme soufie qui m’éblouit. Il y a aussi des éléments comme l’eau, le sahara, etc qui ont été utilisés comme symboles de la pureté de l'état premier des choses.
C'est formidable.
Nouri Bouzid n’a pas vraiment brillé. Au début le film «Making off» m’a plu mais par la suite j’ai eu l'impression qu’il y a trop de non-dit».

Tapsoba Clément (Critique de cinéma burkinabais) :
«Le cinéma tunisien est libre»

Le film de Nouri Bouzid est important à double niveau. Tout d’abord, il raconte une histoire qui donne des leçons pour qui le souhaite bien.
Et puis, c’est son langage cinématrographique qui plaît, car il est sincère.
Il se préoccupe d’un sujet d’actualité et se positionne par rapport à cela. Le public a adhéré à son choix.
Le cinéma tunisien s’exprime avec beaucoup de liberté. Je n’ai pas encore vu le film de Nacer Khémir. Mais je connais son langage cinématographique.
Il est classé marginal par rapport à ses confrères et il me plaît».

Mohamed Sidia (Réalisateur tunisien) :
«Nouri Bouzid, n’a pas été égal à lui-même»

«Je suis un réalisateur qui a derrière lui 26 ans d’expérience dont 6 ans ont été consacrés au cinéma. Je me demande sur la base de quels critères on distribue les subventions dans notre pays.
Le film algérien coproduit avec la Tunisie, «Baraket» est pour moi sans importance.
Quand au film de Nouri Bouzid, je trouve qu’il n’est pas crédible. Côté technique du travail, il va sans dire que Nouri Bouzid excelle. Mais côté histoire du film, on sent que le réalisateur n’a pas été égal à lui-même».

M.B.G.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com