E.O.G.K. : Fraîcheur et rigueur, mon doux souci





Depuis le début de semaine, Kaïs Yaacoubi a repris son bâton de pèlerin en entamant le travail à la tête du groupe goulettois-kramiste après avoir exercé, du 23 juin dernier jusqu’à la mi-novembre, soit cinq bons mois, à l’USM.

En vérité, c’est un peu une partie de lui-même qu’il retrouve en Banlieue nord, l’EOGK représentant sa seconde famille. Il y a en effet effectué ses débuts de joueur avant de connaître la notoriété au Club Africain.
Puis, une fois sa carrière terminée, il prit en main les jeunes de l’Etoile Olympiques, puis, la saison passée, l’équipe seniors à mi-parcours, soit après le départ d’Ali Kaabi.
D’emblée, les joueurs furent soumis, mardi et mercredi derniers, à un sévère régime de deux séances, par jour, le successeur de Lotfi Jebara «Mon pote de quartier, insiste-t-il, nous avons pris souvent un même chemin et réussi nos examens d’entraîneur ensemble», se souciant dans l’immédiat d’améliorer le volet physique : «Mardi dernier, j’ai procédé à ce qu’on appelle une séance de capacité. Je crois que mes joueurs ont un besoin urgent de recharger les batteries et de trouver une plus grande fraîcheur», analyse Yaacoubi qui exige également «une plus grande rigueur mentale».

«Un bien meilleur effectif»
Bien évidemment, le jeune coach va procéder à un recadrage tactique dont il espère tirer le bénéfice dès le périlleux déplacement de ce week-end à Sousse pour y croiser le fer avec un nouveau promu, l’ES Hammam-Sousse.
«La saison est malgré tout bien longue, tente-t-il de se rassurer. Il nous faut coûte que coûte arrêter l’hémorragie. Nous devrions y parvenir d’autant plus que j’ai trouvé cette fois-ci un meilleur effectif que celui de la saison précédente qui dut attendre la dernière seconde du championnat pour assurer son maintien».
Et-ce à dire que l’EOGK va se passer d’éventuelles recrues au Mercato d’hiver ? Rien n’est moins sûr si l’on considère que le style peu économe et tout en engagement et en généreux efforts des Aiglons va multiplier les risques de blessures et d’expulsions. Déjà, dimanche dernier à Béja, Mhadhebi, devenu au fil des jours un pion essentiel dans le dispositif, a été exclu pour double avertissement. De plus, Yaacoubi aura sans doute retenu le casse-tête de l’inefficacité offensive qui a envenimé l’existence de son prédécesseur, Jebara, impuissant devant tant d’occasions gâchées à chaque sortie.
Fraîcheur, rigueur et conviction : voilà donc sur quoi travaille prioritairement Yaacoubi depuis son retour dans le giron goulettois-kramiste. Dès dimanche prochain, le fameux choc psychologique va-t-il produire ses effets magiques ?

S.R.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com