Volley-Ball Mondial 2006 : La Tunisie réussit son pari





Avec deux victoires et trois défaites, dont deux étaient attendues contre la Serbie-Monténégro et la Russie, l’EN a atteint son objectif, à savoir la qualification au 2ème tour. Le Six national signe ainsi une première dans les annales du volley tunisien en franchissant un nouveau palier.

Sans la défaite amère contre le Canada, la satisfaction aurait été totale dans le camp tunisien, d’autant plus que l’entraîneur Antonio Giacobbe a insufflé un sang nouveau dans l’équipe, contre le Kazakhstan, en titularisant pour la 1ère fois le jeune Ben Tara. A ses côtés Ben Brik, Kaâbi et Bessrour ont été irréprochables. Ces jeunes éléments étaient bien entourés par les cadres de l’équipe, notamment H’faïedh, Guidara et Karamosli.
L’amalgame entre les jeunes et les moins jeunes a bien donné et ce n’est que le début car au vu de ce qu’ils ont présenté les Tunisiens sont capables de mieux faire. Maintenant qu’ils vont évoluer sans pression, on s’attend à voir nos volleyeurs donner la pleine mesure de leurs capacités.

Plus rien à perdre
Il ne reste plus que 16 équipes en course. Ces équipes seront divisées en 2 groupes de 8. Les nôtres auront tout à gagner et rien à perdre pour la suite de la compétition.
C’est à partir de cet instant que va commencer le véritable apprentissage pour les nôtres face aux ténors mondiaux de la compétition.
Au pire des cas, le Six tunisien sera classé 16ème et aura largement accompli la mission pour laquelle il a participé au Mondial japonais.
Il n’en demeure pas moins que, libérés de toute pression de résultat, les camarades de Noureddine H’faïedh ont quelques belles cartes à jouer face à des adversaires de valeur sensiblement égale.
Cette possibilité est d’autant plus plausible que la grande majorité des joueurs de l’équipe nationale sont assez jeunes, à l’instar de Abbès, Kaâbi, Ben Tara, Ben Brik, Trabelsi, Bessrour, qui possèdent une marge de progression très importante et sont animés d’un ardent désir de faire mieux que le 1er tour.
Ils sont conscients qu’ils sont, dans ce Mondial, devant une chance unique de s’améliorer et acquérir l’expérience nécessaire qui peut leur ouvrir d’énormes horizons à l’avenir.
Ils auront à livrer encore pas moins de 6 matches pour démontrer qu’ils ne sont pas là par hasard et qu’ils ne lésinent sur aucun effort pour honorer le volley tunisien, arabe et continental dont ils restent les seuls
représentants dans ces championnats mondiaux.

Moncef SEDDIK

__________________________

Une belle carte à jouer

La sélection nationale qui a assuré sa qualification pour le second tour du championnat du monde, rencontrera lors de la 1ère journée la Pologne, samedi 25 novembre, pour le compte de la poule E qui évolue à Sendai.

La Tunisie qui s’est qualifiée pour la première fois de son histoire au second tour du Mondial, rencontrera ensuite le Japon, pays organisateur, dimanche 26 novembre, puis l’Argentine, mardi 28 novembre et Porto Rico, mercredi 29 novembre.
La poule E compte également la Serbie-Monténégro, la Russie et le Canada qui avaient rencontré la Tunisie lors du premier tour.
La Pologne est l’adversaire le plus redoutable de la poule E. La sélection est-européenne a terminé première de la Poule A au terme du 1er tour avec 5 victoires et aucune défaite. Le Japon est la seconde meilleure sélection avec la seconde place derrière la Pologne (3 victoires et 2 défaites), suivie de l’Argentine, 3ème avec 2 victoires et 3 défaites et le Porto Rico, 4ème avec 2 victoires et 3 défaites.
La Poule D du 2ème tour se compose de Cuba, Brésil, France, Allemagne, Bulgarie, Etats-Unis, République Tchèque et Italie. Les deux premiers de chaque poule sont qualifiés pour les demi-finales.
Les rendez-vous de l’EN se présentent comme suit:

25 novembre (7h00): Pologne - Tunisie
26 novembre (10h00): Japon - Tunisie
28 novembre (5h00): Argentine - Tunisie
29 novembre (5h00): Porto Rico - Tunisie




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com